Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

À Cargill ou à Auchan : hier des héros, demain des chômeurs ?

11 septembre 2020 Article Entreprises

Mobilisés depuis janvier dernier pour lutter contre un énième plan de licenciements, les 300 salariés de Cargill à Haubourdin (Nord) se sont vu confirmer la suppression de 183 emplois sur leur site. Après s’être démenés en première ligne et avoir pris tous les risques pour leur santé et celle de leur famille pendant les mois de confinement, plus de la moitié des ouvriers seront purement et simplement jetés à la rue. Merci pour les bons services et au revoir ! Passés de travailleurs essentiels qui permettaient de continuer l’approvisionnement en produits de dialyse, les voilà devenus inutiles selon la direction, et traités comme des moins que rien.

Impossible à avaler ! D’autant plus que le géant de l’agroalimentaire américain Cargill, qui flirte avec les trois milliards de bénéfices par an, se vantait en début d’année d’une hausse record de ses profits (+36 %). Largement de quoi maintenir les postes ! Sauf qu’évidemment, les patrons se moquent de l’emploi pourvu que les profits soient au rendez-vous et ils n’ont pas d’états d’âme. Finis les beaux discours sur les efforts héroïques des travailleurs essentiels !

La crise, c’est la crise, c’est-à-dire une opportunité pour eux de se gaver d’argent public, encore plus que d’habitude, tout en licenciant à tour de bras pour restructurer leurs appareils de production. Le plan de relance du gouvernement, 100 milliards en plus des 470 milliards déjà débloqués pendant le confinement, fait tout bonnement office de chèque en blanc pour réorganiser des pans entiers de l’économie en fonction des nouvelles opportunités. Ce ne sont pas les Mulliez qui diront le contraire ! Leur fleuron, Auchan, qui a déjà empoché 500 millions d’euros d’argent public grâce au CICE, pourra y ajouter le pactole du plan de relance. Toujours plus de fric à verser aux actionnaires, qui ont empoché 2 milliards d’euros ces huit dernières années… et toujours plus de licenciements : 700 l’an dernier et plus de 1000 qui viennent d’être annoncés !

Ce plan mortifère relancera peut-être (ou pas) l’économie capitaliste, plus chaotique et brutale que jamais, mais il ne sera d’aucune utilité pour les travailleurs à qui on laissera décider s’ils préfèrent travailler plus et gagner moins ou perdre leur boulot. Pour lui donner un coup d’arrêt, il faudra unir nos forces et lutter ensemble, comme les Cargill d’Haubourdin l’ont montré cet hiver en se mêlant aux grévistes cheminots et hospitaliers contre la réforme des retraites. Un million de grévistes, plutôt qu’un million de chômeurs, voilà qui pourrait changer la donne !

Justine Bonnel

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article