Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 108, novembre 2016 > Migrants

Migrants

Région parisienne : qui accueille qui ?

Mis en ligne le 10 novembre 2016 Convergences Politique

Depuis le lundi 17 octobre, un petit quartier de l’agglomération parisienne se mobilise pour l’accueil des migrants. À grands renforts de panneaux publicitaires, il les incite jusque dans leur pays d’origine à venir s’installer chez nous ! Bon, l’invitation ne vaut pas pour tout le monde. Elle cible en priorité des victimes potentielles… du Brexit. Car, oui, il ne s’agit pas de faire venir des Afghans fuyant les talibans ou des Syriens persécutés par Assad et l’État islamique, mais des Britanniques que le Brexit pourrait, sinon mettre sur la paille, du moins empêcher de faire autant de fric qu’avant : les traders de la City ! Et le petit quartier mobilisé, c’est La Défense, celui du business parisien. « Tired of the fog ? Try the frog ! » (« Y’en a marre du brouillard ? Essayez les grenouilles »), affiche-t-elle en grand dans les rues de Londres, à l’aéroport londonien d’Heathrow et à la gare de l’Eurostar ! Sans doute dans l’espoir de se changer en bœuf de la finance...

À quelques encablures de la Défense, dans le très chic 16e arrondissement parisien, on a un autre sens de l’accueil. Un centre d’hébergement d’urgence pour SDF devait ouvrir. Un incendie criminel l’a ravagé. L’extrême droite peut bien proclamer qu’elle s’en prend aux migrants parce qu’il faut d’abord s’occuper des SDF « français », elle n’a en réalité pas plus l’intention d’aider ces derniers que les autres.

Heureusement, depuis quelques semaines, des jeunes sauvent l’honneur de la capitale. Ils se relaient pour apporter draps, couvertures, vêtements et nourriture aux migrants qui campent dans le 19e arrondissement. Ils viennent de Sarcelles, Cergy ou Aulnay-sous-Bois, pas précisément des banlieues chics. Ce qui se joue dans l’entraide envers les étrangers, c’est aussi une question de solidarité de classe.

M. P.

Mots-clés : | |

Imprimer cet article Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 108, novembre 2016