Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2017 > décembre > 4

Travail forcé en Ouzbékistan : la mafia du coton et les profiteurs occidentaux

4 décembre 2017 Brève

Mardi dernier, l’émission Cash Investigation de France 2 dénonçait le scandale du travail forcé dans les champs de coton d’Ouzbékistan, deuxième exportateur mondial. Un million de personnes y sont contraintes chaque année d’aller récolter le coton. Profs et étudiants sont réquisitionnés pour ce travail soi-disant volontaire sous peine de sanctions. Et les journalistes trop curieux reçoivent un avant-goût des méthodes de la police locale.

Une police qui tabasse allègrement les militants locaux des droits de l’homme, voire fait usage de chars contre les manifestants, comme à Andijan en 2005 (500 morts). Cela n’empêche pas les grandes marques du prêt-à-porter comme Zara, Pimkie ou Carrefour d’importer ce coton bon marché, fruit du travail forcé, en dissimulant son origine.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article