Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > novembre > 12

Quand un viandard se lâche

12 novembre 2021 Brève Société

Jusqu’à présent Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs et grand copain de Macron, aimait à répéter que les chasseurs sont « les premiers écologistes » de France, grâce notamment à leur activité de régulation des espèces. Argument repris en boucle par tous les défenseurs de la chasse. Mais, le 10 novembre, il a reconnu que ce n’était pas vraiment l’objectif premier des amateurs de gibier. Invité sur RMC à réagir aux images montrant des daims d’élevage parqués pour être tués dans leur enclos par de vaillants nemrods, le patron des chasseurs a affirmé que lui et ses semblables n’avaient pas vocation à jouer « les petites mains de la régulation » de la biodiversité. « Moi mon métier c’est pas chasseur, j’en ai rien à foutre de réguler », a-t-il avoué, précisant prendre seulement « du plaisir dans l’acte de chasse ». Ce qui a fait hurler les défenseurs de la cause animale et les écolos. Cependant on a observé un silence radio dans les autres partis politiques, qui, en cette période préélectorale, se rappellent que les chasseurs sont armés de fusils mais aussi… de bulletins de vote.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article