Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > octobre > 7

Quand des privilégiés trouvent que les handicapés coûtent trop cher

7 octobre 2021 Brève Société

Un débat parlementaire doit porter sur l’éventuelle «  déconjugalisation  » de l’AAH (Allocation adulte handicapé). Celle-ci, qui s’élève dans le meilleur des cas à 900 euros mensuels, peut être réduite de plusieurs centaines d’euros quand deux allocataires vivent en couple. Ce qui est, non seulement scandaleux, car la vie privée des allocataires ne regarde qu’eux, mais ne représente qu’une économie dérisoire pour l’État. Considérer les deux membres d’un couple comme des personnes autonomes relève d’un minimum de respect. Néanmoins, il y a toujours des politiciens qui considèrent que l’État est trop généreux avec des couples qui devraient, selon eux, mieux s’en tirer que des célibataires. Exigeons des allocations indépendantes de la situation matrimoniale des allocataires et surtout suffisantes pour leur permettre de vivre dignement. D’autant que, pour toutes sortes de raisons pratiques, la vie est souvent encore plus chère pour des personnes souffrant d’un handicap. Et n’oublions pas que ces personnes handicapées sont souvent des salariés victimes d’accidents ou de leurs conditions de travail. Leur labeur a contribué à enrichir les classes possédantes et les politiciens qui mégotent aujourd’hui sur une allocation bien méritée.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article