Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > octobre > 7

Les habits neufs de la Françafrique

7 octobre 2021 Brève Politique

Du 7 au 9 octobre doit se tient un sommet franco-africain qui réunira 3 000 personnes à Montpellier. La tradition voulait jusqu’alors que les sommets de ce genre réunissent les chefs d’État africains de la zone d’influence de l’impérialisme tricolore. Ceux-ci venaient prêter allégeance à leur suzerain, le président de la République française. Cette fois, Macron a voulu innover. Il n’a pas invité les chefs d’État mais des «  personnalités  » du monde des lettres, des arts, du spectacle, du sport, des affaires et de la politique. Ce que, dans le jargon officiel, on nomme «  la société civile  ». Ce ravalement de façade ne change évidemment rien à la réalité des relations franco-africaines : l’impérialisme français continue à piller l’Afrique. Le multimilliardaire Bolloré en est un bon exemple, lui qui possède des ports entiers comme celui de Douala. L’État français continue aussi à écarter les chefs d’État qui le dérangent et à intervenir militairement si besoin. La seule différence est qu’il doit faire face aujourd’hui à une sérieuse concurrence, notamment de ses rivaux américains, russes et chinois. Pour protester contre la tenue de ce sommet et manifester sa solidarité avec les peuples d’Afrique le Collectif du contre-sommet Afrique France 2021 – formé de plus d’une centaine d’organisations politiques (dont le NPA), syndicales et d’associations diverses tiendra des assises ouvertes dans la ville pendant ce sommet. Notre camarade Philippe Poutou y participera. En outre le Collectif dénonce l’arrestation arbitraire de militants de collectifs de sans-papiers, venus de Paris pour participer à cette manifestation, lors de leur descente du train en gare de Montpellier. Il appelle à manifester devant le commissariat central de la ville jusqu’à leur libération.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article