Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > septembre > 16

Omar Radad : révision du procès en vue

16 septembre 2022 Brève Société

Omar Radad, un jardinier marocain, avait été condamné, en 1994, à 18 ans de réclusion pour le meurtre de Ghislaine Marchal, sa riche patronne, qui avait été retrouvée morte dans la cave de sa propriété de Mougins dans les Alpes-Maritimes. Une inscription sur une porte « Omar m’a tuer » écrite en lettres de sang, avec une superbe faute d’orthographe, avait suffi à faire de lui le suspect idéal. Une enquête bâclée, une instruction à charge, des traces d’ADN autre que le sien non exploitées, un président de cour d’assises n’hésitant pas à tenir des propos racistes, avaient conduit à sa lourde condamnation malgré les protestations multiples de sa famille, de ses amis et de son comité de soutien. Sa culpabilité était tellement douteuse qu’il avait bénéficié d’une libération et d’une grâce partielle en 1996, qui cependant n’annulait pas sa condamnation. Mais aujourd’hui il se bat pour que son innocence soit enfin reconnue…

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article