Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > septembre > 11

Liban : un nouveau gouvernement, pour quoi faire  ?

11 septembre 2021 Brève Monde

Le président Michel Aoun (chrétien et ancien chef de milices) a chargé Najib Mikati (sunnite et ancien Premier ministre) de former un nouveau gouvernement avec l’accord de Nabih Berri (chiite, chef du Parlement et affairiste notoire). Le nouveau cabinet se réunira lundi prochain. À noter que Mikati est considéré comme l’homme le plus riche du Liban. À la tête des Finances il a placé Youssef Khalil, actuel directeur exécutif et responsable du département des opérations financières à la Banque du Liban qui est quasiment en faillite. Tout un programme. Donc, après treize mois de tractations et de marchandages politiques, la classe politique libanaise a décidé de continuer comme avant en dosant les ministres à l’aune de leur confession et de leurs intérêts financiers. Seules exceptions notables : la nomination à la Santé de Firas Abiad, un directeur d’hôpital en pointe dans la lutte contre la pandémie, et aussi celle de Georges Kordahi, un présentateur célèbre de la télévision qui anime la version arabe de «  Qui veut gagner des millions  ». De quoi distraire les Libanais à défaut de résoudre leurs problèmes les plus criants : une inflation galopante, des licenciements massifs, 78 % de la population sous le seuil de pauvreté, la monnaie locale en chute libre, des pénuries de carburant et de médicaments, des coupures de courant allant jusqu’à plus de vingt-deux heures quotidiennement, etc.

Bref, un gouvernement qui, comme les précédents, continuera en priorité de gérer les affaires de ses membres plutôt que celles du pays.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article