Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2020 > avril > 1er

Le confinement à coups de matraque

1er avril 2020 Brève Monde

En Inde, la mise en place du confinement s’accompagne de violences policières renforcées. Le gouvernement prévoit déjà un an de prison pour les contrevenants au confinement. Mais la police pratique la violence : coups de matraque ou humiliation publique. En Afrique du Sud, le gouvernement a dû dénoncer publiquement les violences commises par les soldats contre la population lors du confinement. En Côte d’Ivoire des violences policières ont été largement commises, ou encore au Paraguay.

Il faut dire que la police de ces pays a été à bonne école, celle de la police des grandes puissances, qui réprime tout autant. En France, avec le confinement, les violences policières dans les quartiers populaires n’ont pas diminué, loin s’en faut ! Les images de policiers qui emmènent des jeunes de milieux populaires dans un recoin pour mieux les tabasser sont tout autant révoltantes !

Dans tous les pays, les violences policières et les humiliations, exercées avant tout contre les classes populaires, sont des pratiques courantes. Elles s’exacerbent avec la crise, car le rôle fondamental de la police est renforcé : un appareil répressif pour maintenir l’ordre social au service de la classe dominante.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article