Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > juillet > 1er

La commission des Finances : une invention de Sarkozy

1er juillet 2022 Brève Politique

L’élection d’Éric Coquerel à la présidence de la commission des Finances a été saluée par les partisans de la Nupes comme un succès significatif qui montrerait l’importance d’avoir envoyé cent trente et un députés de cette coalition à l’Assemblée. Mais, que peut-on en attendre de concret ? Cette commission a été créée en 2009… par Sarkozy, dont on connait la passion pour la transparence et la rigueur financière. Elle fait partie des innombrables institutions censées mettre un peu d’huile dans les rouages de l’État et de permettre la collaboration de politiciens de gauche et de droite. Et accessoirement de distribuer des fromages.

Cette commission n’a strictement aucun pouvoir sur la répartition du budget de l’État. Elle a accès aux dossiers fiscaux, mais elle est tenue au secret. Coquerel a d’ailleurs immédiatement tenu à rassurer les gros fraudeurs potentiels en affirmant qu’il n’avait « pas l’intention de se lancer dans une chasse aux sorcières fiscales »… Cette commission pourrait éventuellement faire de l’obstruction en décelant des irrégularités, c’est-à-dire faire traîner l’adoption de certains financements. Mais Coquerel a aussi précisé que ce n’était nullement son objectif. Et d’ailleurs, il n’est que le président d’une commission qui compte soixante-treize membres et où les différents partis, y compris la droite et le RN, sont représentés proportionnellement à leur nombre de sièges à l’Assemblée.

Ce poste a incontestablement de l’importance pour le politicien qui l’occupe, sa carrière et son parti, mais il ne joue qu’un rôle tout à fait anecdotique dans la politique menée envers les classes populaires.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article