Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2020 > mars > 25

L’économie de guerre aux chômeurs

25 mars 2020 Brève Politique

Le 1er avril devait être mise en place une loi abominable contre les chômeurs, réduisant à presque rien leur allocation. Pour cause d’épidémie, cette loi a momentanément été suspendue. Satisfaits ? Non : le flicage des chômeurs (en cette période d’« unité nationale ») est loin d’être fini. Chaque mois, ils devront continuer à s’actualiser à Pôle emploi, c’est-à-dire déclarer qu’ils sont encore en recherche d’emploi, et se rendre à un entretien. On peut se demander comment : ça ne rentre pas dans les critères pour sortir de chez soi, et beaucoup d’entreprises vont suspendre la création de postes. Les agences déclarent pour l’instant que personne ne sera radié pendant le confinement… Et après ? On sait très bien que, dès la fin du confinement, le gouvernement et le patronat vont reprendre leurs attaques.

Le chômage augmente, c’est un fait, résultat logique d’une crise dans certains secteurs qui licencient et licencieront comme bon leur semble ! Il y a bien des entreprises qui ont gracieusement proposé d’embaucher : l’agro-alimentaire ou Amazon qui croule sous l’afflux de commandes et propose d’embaucher 10 000 personnes dans le monde. Mais le travail qui est proposé, en plus d’être pénible et sous-payé, est désormais dangereux pour les travailleurs et propage le virus ! Pour Bruno Le Maire, le profit vaut mieux que les vies, peu importe le nombre de morts que cela entraîne.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article