Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 104, mars-avril 2016 > Loi travail, dégage !

Nogent-sur-Marne, lycée Édouard-Branly

L’art d’avoir la pêche

C’est bien simple : à Édouard-Branly, la petite bande de six filles et d’un gars s’étaient retrouvés pendant les vacances scolaires pour écrire un tract et être fins prêts pour la rentrée… Elles (et il) racontent :

Nous distribuons le tract lundi et mardi pour appeler à la manif du 9 mars.

Mercredi matin, 9 heures, jour de la manif : préparation des pancartes (« loi du travail, la loi qui déraille », « même la droite n’avait pas osé »). Ambiance de fête. Cela dit, devant le bahut peu s’arrêtent, la plupart n’ont pas l’air de comprendre ce qu’on fait là. « De toute manière, moi, je suis de l’autre côté, je reprendrai l’entreprise de mon père », dit un gars. On ne se décourage pas. L’équipe est motivée. Puis six nouveaux lycéens s’arrêtent. Le groupe a grossi et nous allons ensemble débrayer le lycée technologique à côté, Louis-Armand, où on avait pris deux numéros la veille. Pas de chance : on arrive après la pause et tout le monde était rentré. Plan Vigipirate oblige, impossible d’entrer dans le lycée…

On prend donc la route à quinze pour rejoindre les autres lycéens à Nation. Dans la manif, c’est la fête. Bonnes discussions, en particulier sur le contenu de la loi. À République, d’autres copains et copines de Branly nous rejoignent. On défile avec comme slogans : « Lycées, facs, salariés, tous mobilisés », des maracas, des chansons… À l’arrivée, trois d’entre nous rejoignent l’AG inter-lycées organisée par le MILI, dont un qui n’avait pas entendu parler de la loi avant cette journée. Il est super motivé, c’est sa première manifestation. Au retour, nous avons trouvé certains intervenants un peu allumés, mais étions impressionnés de voir qu’il y avait pleins d’autres lycées qui se mobilisent. Nous ne sommes pas tout seuls. Bref, contents, même si nous n’étions pas d’accord avec tout, comme le fait de « bloquer » partout.

Jeudi : notre groupe a un peu grandi. Trois de plus. On décide de rédiger un nouveau tract, d’organiser une AG pour mardi prochain (15 mars) et d’aller discuter devant les lycées d’à-côté, en particulier le lycée Pablo-Picasso où nous connaissons du monde. Nous passons dans nos classes pour proposer des débats sur la loi Travail et appeler à participer à l’AG du mardi. Le plus impressionnant, c’est que de nouvelles personnes qui ne faisaient pas partie du groupe de départ sont maintenant les moteurs dans la mobilisation !

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article