Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > février > 22

Égypte : si les bigots volaient, Mahomet serait chef d’escadrille

22 février 2022 Brève Société

Le parquet égyptien a ouvert une enquête contre un journaliste, Ibrahim Issa, connu pour sa croisade contre les extrémistes religieux. Ce dernier a mis en doute à la télévision un miracle attribué par la tradition musulmane au prophète Mahomet, c’est-à-dire le fait qu’il soit monté au ciel sur une monture ailée depuis le dôme du Rocher de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. Le bureau du procureur général a annoncé ouvrir une enquête après le dépôt de plusieurs plaintes, dont celles de députés. « Le voyage au septième ciel a bien eu lieu, personne ne peut le remettre en question », ont affirmé de leur côté les sages du Conseil islamique égyptien. Bref, Issa a vu se liguer contre lui tous les bigots du régime et hors régime (notamment les Frères musulmans) et risque de finir en prison pour avoir questionné l’existence de ce Pégase musulman, que l’on appelle Bouraq en arabe, et qui est généralement représenté avec une tête d’homme, un corps de cheval, des ailes et une queue de paon. Autant de détails précis qui, aux yeux de tout observateur impartial, prouvent bien son existence. Bienvenue au 21e siècle.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article