Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2018 > mai > 1er

Deuxième journée de solidarité ? Une fois de plus faire les poches des plus pauvres.

1er mai 2018 Brève Politique

Macron a évoqué dimanche 15 avril l’instauration d’une deuxième journée de travail « non payée » pour financer « la dépendance ».

La première journée instaurée suite à la canicule de 2003 est financée par les salariés et les retraités eux-mêmes. À l’époque, Raffarin, alors Premier ministre, promettait la création de 30 000 emplois d’infirmières, aides-soignantes et personnels de maisons de retraite.

Au total, les prélèvements s’élèvent en 2017 à plus de 3 milliards d’euros (31 milliards depuis 2004). Et, si le sous-effectif dans les Ehpad et les hôpitaux persiste, la bourgeoisie a bénéficié rien qu’en 2017 de 3,2 milliards grâce à la suppression de l’ISF et 20 milliards du CICE. Question solidarité, les gouvernements successifs ont choisi leur camp.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article