Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2020 > octobre > 26

Calomnie collaborative

26 octobre 2020 Brève Politique

Au milieu du déferlement raciste et des amalgames de la part de nombre de politiciens et d’éditorialistes à la suite de l’assassinat abject de Samuel Paty, une petite musique s’élève contre un prétendu « islamo-gauchisme ». Ainsi, ceux à gauche et à l’extrême gauche qui dénoncent le racisme et les discriminations seraient les soutiens du terrorisme ?

Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, montre ainsi du doigt les universitaires qui consacrent leurs recherches au racisme. Robert Ménard, maire d’extrême droite, dénonce les soi-disant « collabos » antiracistes, accusation également taguée sur le siège du PCF à Paris. Et le très réactionnaire journal Valeurs actuelles s’en prend au militant politique (NPA) et syndical Anasse Kazib, qui a osé, à juste titre, critiquer « l’unité nationale » comme étant l’unité des exploités avec leurs exploiteurs.

Pourtant, ceux qui ont les liens les plus serrés avec les fanatiques islamistes sont bien à l’extrême droite : l’imam qui a attisé la haine des fous de Dieu contre Samuel Paty avait participé à la campagne présidentielle de Dieudonné, aux côtés de militants proches du Rassemblement national, tout comme un autre militant d’extrême droite (et indic de la gendarmerie) avait fourni ses armes à Coulibaly, avant l’attentat de l’Hyper Casher en 2015. Leurs idées réactionnaires nauséabondes qui visent à diviser les travailleurs selon l’origine ou la religion les unissent.

Les calomnies ne feront pas taire ceux qui se battent pour une société débarrassée de l’exploitation, du racisme et de toutes les oppressions.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article