Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Éditos L’Étincelle > 2001 > mars > 5

Bulletin de vote, mode d’emploi…

Il pleut, il neige des promesses électorales et des discours ronflants. Normal, c’est la dernière semaine de campagne pour les élections municipales.

On nous parle de ’démocratie’. Mais voyez ces politiciens achetés par les ELF, VIVENDI (ex-Générale des eaux) et d’autres. Quelques-uns passent en justice, mais les plus gros scandales sont bel et bien légaux ! Ce sont les plus gros trusts qui contrôlent les médias. Vivendi contrôle Canal+ ou l’Express. Bouygues contrôle TF1 et LCI. Matra contrôle Hachette, c’est-à-dire Europe1, Elle, Télé 7 jours, etc. Tous les journaux, du Figaro à Libé, ont de tels ’mécènes’… d’où leur abominable vénalité aux intérêts et à l’idéologie de ceux qui exploitent non seulement le pays mais la planète entière.

Et ce sont les mêmes Vivendi et Bouygues qui se trouvent des marchés non seulement auprès de l’Etat mais aussi des collectivités locales qui leur ont cédé les cantines scolaires, le ramassage des ordures, l’assainissement et la distribution des eaux, les transports, les travaux d’équipement, la gestion des services publics. Ce sont ces trusts qui imposent aux salariés des conditions dures de travail et des salaires minables. Et quand les travailleurs se fâchent et se mettent en grève, comme les traminots rouennais il y a trois mois, ils sont menacés de licenciement ! Et ce ne sont pas les municipalités, même de gauche, qui viennent à la rescousse des travailleurs, même dans ce cas !

On ne peut pas faire le bonheur des trusts et celui de la population.

Ces trusts, Danone, Michelin, Moulinex, Aventis, Alstom et Cie, en même temps qu’ils font des profits faramineux, n’en finissent pas de licencier et de supprimer des emplois. S’il y a deux millions de chômeurs, c’est leur faute. Si ceux qui ne sont plus au chômage sont acculés aux petits boulots, aux emplois précaires et autres emploi-jeunes, c’est leur faute. Si, alors même que Jospin se vante de la reprise de la croissance, il y a 14 % de la population, dont des salariés, qui doivent vivre avec moins de 4200 francs par mois (la définition européenne du seuil de pauvreté), c’est leur faute !

Mais s’ils peuvent nuire de cette façon, c’est grâce au zèle et à l’appui de la gauche plurielle au gouvernement depuis bientôt quatre ans, ce Parti socialiste flanqué du Parti communiste et des Verts, qui mène exactement la même politique que la droite auparavant. C’est grâce aux milliards de subventions et primes dont leur ont fait cadeau les gouvernements successifs. Grâce aux lois Aubry sur les 35 heures qui ont permis la flexibilité, la dégradation des conditions de travail, le gel des salaires. Grâce à l’équipe Jospin qui joue les complices de l’offensive patronale de la « refondation sociale », en permettant l’application du PARE qui sert à écraser un peu plus les chômeurs et les salaires de ceux qui travaillent. Et si Jospin a remis, provisoirement, l’attaque contre les retraites à plus tard, c’est uniquement pour de sordides calculs présidentiels. Comme Chirac.

C’est pourquoi ceux qui se présentent aux municipales avec un beau programme sur papier glacé pour la ville, en prétendant mettre fin à la misère ou à l’insécurité des quartiers populaires, sont des menteurs. Ils ne pourraient le faire que s’ils n’étaient pas liés à ce système, s’ils voulaient en appeler à la mobilisation populaire pour réquisitionner les entreprises qui font des bénéfices en supprimant des emplois, pour exiger la fin de toute aide étatique aux trusts licencieurs, pour imposer la création des emplois nécessaires dans les services publics, une augmentation générale des salaires, des retraites et de tous les minima sociaux.

Seuls les communistes révolutionnaires que nous sommes ont cette perspective.

Le 11 mars, votez et faites voter pour la liste de Lutte Ouvrière, Soutenue par Arlette LAGUILLER

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article