Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site > Réunion publique du 29 novembre 2020 sur la loi de sécurité globale

Allons-nous vers la dictature ?

Mis en ligne le 2 décembre 2020 Article Politique

Avec cette loi sécurité « globale », ses drones survolant nos allées-venues, ses flics dotés d’impunité, qui pourront nous filmer sans réciproque, ses milices privées, sa surveillance de masse, beaucoup se demandent : est-ce 1984 ? Le fascisme est-il aux portes ? La dictature pointe-t-elle son nez ? Certains le prétendent, ou que tout nous y pousse. Pourtant, la police n’en est pas encore à tirer sur les manifestants, du moins pas à balles de fusil ou de révolver. Nous n’avons pas nos martyrs, comme les révoltés de Tunisie en 2011, qui faisaient face aux snipers de la police. L’armée ne fait pas de descentes chez les militants et travailleurs combattifs pour les enfermer dans des prisons secrètes, les torturer, comme au Chili en 1973. Les contestataires ne sont pas lâchés d’un hélicoptère les pieds dans le ciment comme en Argentine sous la dictature. Et les violences policières, la France en a connu d’autres, comme l’ont rappelé les intervenants précédents.

Alors quoi ? Ce n’est donc pas la dictature, donc rien à redire ?

Non, ce n’est pas la dictature. Et crier au fascisme, sans même se poser la question de ce qu’est le fascisme, à quoi et à qui il sert, cela ne permet pas de s’orienter. Mais tentons de comprendre, car si ce n’est pas la dictature, il semble bien qu’on en sente malgré tout comme un avant-goût. Un tournant a été pris, comme cela a été dit : le gaz et les matraques s’abattent sur les manifestants de manière quasi systématique ; les forces de l’ordre social s’avancent au corps à corps, heurtent, mutilent, trainent en justice, emprisonnent, pour dissuader de contester ; des manifestations sont souvent interdites, ce qui était impensable il y a quelques années. La coercition devient le nouveau mode de gouvernance.

Pourquoi maintenant ?

La réponse n’est pas que simple. Dans bien des pays du monde on assiste à une sérieuse droitisation des régimes, à la tête desquels se hissent des Trump, Bolsonaro, Orban, Kaczinski, Erdoğan, Modi et tellement d’autres. Il y a un air du temps qui sent mauvais… mais en face, il y a des réactions populaires, les situations se tendent.

En France, voilà quelques années que les mobilisations s’enchaînent : contre la Loi travail en 2016, contre une réforme de la SNCF à l’image du démantèlement de bien d’autres secteurs en 2018, avec les Gilets jaunes en 2018-2019, contre la prétendue réforme des retraites en 2020…et j’en passe, dont celles contre les désastres écologiques ou les violences policières, à l’instigation d’une partie de la jeunesse.

Et cela ne se passe pas qu’en France. Pour ne pas remonter aux premières grandes manifestations altermondialistes du début des années 2000, à Seattle, Bruxelles, Gênes ou Nice, qui s’étaient accompagnées pour certaines d’énormes déploiements policiers, souvent violents, la dernière décennie a commencé avec les révolutions arabes du début de l’hiver 2011, en Tunisie et en Égypte, puis la mobilisation des Indignés d’Espagne en mai de la même année. L’an dernier – 2019 – n’a pas été en reste et a connu de nouvelles vagues de soulèvements et mobilisations de plusieurs mois : Soudan, Algérie, Chili, Liban, Hong-Kong, États-Unis, Biélorussie, et maintenant la Thaïlande et peut-être le Pérou, sans oublier les femmes en Pologne. Ce qui est sûr, c’est que la colère gronde et s’exprime par l’intervention de minorités, certes, mais de celles dont les mobilisations font l’histoire depuis toujours. Et les dirigeants de la planète le sentent bien. La nouvelle crise économique qui a éclaté avec l’épidémie de Covid et dont on est loin de pouvoir mesurer encore les effets dévastateurs, ne peut qu’aviver les tensions, car il faut s’attendre à une terrible montée du chômage (on vit déjà au rythme de milliers de licenciements annoncés chaque semaine), à une baisse drastique du niveau de vie, entre autres en raison des salaires amputés, et même la ruine probable d’une fraction de la petite bourgeoisie.

Anticiper sur une situation qui se tend

Avec sa loi de Sécurité globale, le gouvernement réagit face à une situation qui se tend à l’échelle internationale. La bourgeoisie tente de prendre les devants, anticipe les mouvements sociaux qu’elle craint et qui pourraient la déborder. Une crainte d’autant plus forte que les appareils réformistes traditionnels, les vieux partis socialiste ou communiste, comme les vieilles confédérations syndicales qui prétendaient défendre le monde du travail, sont devenus des appareils quasiment sans troupes, respectueux d’une république bourgeoise pourtant de plus en plus autoritaire, englués dans un prétendu « dialogue social » ou dans une « concertation » où ils se font complices des sales coups contre les classes populaires. De ce fait, ils sont de plus en plus dépassés et on a envie de dire « tant mieux ». C’est ainsi que ces dernières années on a vu apparaître et se confirmer des « têtes de cortèges »… rivalisant en taille avec les cortèges des syndicats. Cela a surgi avec les mobilisations contre la Loi travail. Cela a continué sous une forme nouvelle avec les Gilets jaunes, surgis de nulle part (mais quand même des rangs d’un prolétariat exploité et ignoré jusque-là) et qui a pris d’assaut des ronds-points pour s’y installer durablement… mais aussi aller terroriser la bourgeoisie parisienne jusque dans ses beaux quartiers. Jusqu’aux Champs-Élysées, et je ne vous rappelle pas ces belles images des abords de l’Arc-de-Triomphe en flammes, un certain premier décembre 2018…

Les manifestations « qui dégénèrent » (nous dit-on) n’ont pas cessé… parce que les flics n’ont pas cessé de les faire dégénérer par une attitude provocante ; par le choix de les encadrer totalement, d’en faire d’immenses nasses ; par le choix de lancer grenades lacrymos et autres projectiles sans aucune justification ; par le contrôle et l’arrestation de manifestants à l’arrivée dans la nasse, du seul fait qu’ils auraient sur eux ou elles de quoi se protéger…

C’est ce qu’on a connu toutes ces années, jusqu’aux manifestations pour le climat, pour le droit des femmes, contre le racisme et les violences policières ou encore les manifestations de ces deux dernières semaines contre la loi Sécurité globale. Sur toutes ces questions éminemment politiques et générales, et pas seulement « revendicatives » et locales, sur ces questions qui mettent en cause des politiques de gouvernements défendant brutalement des intérêts capitalistes, la sauvegarde des profits plutôt que celle des vies, oui, on a vu débouler une fraction de la jeunesse – scolarisée ou salariée, souvent précarisée. Une fraction de la jeunesse qui a répondu présent, sans pour autant se reconnaitre ni dans les dirigeants d’appareils syndicaux, ni dans les organisations politiques et pour tout dire politiciennes, de gauche ou autres. Autant de révoltés qui ne se laissent pas canaliser par des mirages d’élections ou discussions de salon. Ségur pour la santé ou autres ! La classe laborieuse, dont sa jeunesse, est redevenue la classe dangereuse.

La bourgeoisie française n’est pas vaccinée contre la dictature

Ce n’est pas encore la dictature, mais il ne faudrait pas penser que la bourgeoisie française en serait vaccinée. En matière de maintien de l’ordre brutal, elle arrive de très loin en tête aujourd’hui en Europe ! Elle s’est taillée une réputation et vend même des LBD et leur mode d’emploi – service après vente ! La prétendue France terre de liberté et d’égalité, terre de valeurs issues d’une révolution en 1789 (que la gauche, de Mélenchon à Olivier Faure, continue à nous vanter), a fait du chemin depuis. L’histoire a connu – entre autres – la répression de la Commune de Paris (30 000 morts), le pétainisme et la complicité de sa police avec les nazis, les guerres coloniales et y compris ses massacres sous des gouvernements de gauche. Les exemples cités précédemment l’ont montré : de la Tunisie à l’Argentine en passant par le Liban, la France n’est pas sans responsabilité, exportant ses armes et techniques de contre-insurrection éprouvées dans ses guerres en Indochine et en Algérie. La Ve République n’est-elle pas elle-même le produit d’un coup d’État ? Rappelons qu’aujourd’hui ses amitiés vont à nombre de dictateurs dans le monde.

Ce n’est pas encore la dictature, mais ça pourrait le devenir si nos luttes ne l’empêchent pas, rien n’est tracé et tout peut changer rapidement, à la faveur d’un nouvel état d’urgence ou d’une révolte. Mais ce qui est sûr, c’est que des forces réactionnaires relèvent la tête et que ce n’est pas en faisant le dos rond que cela pourra être évité, ni en faisant appel à une police « républicaine », à de bons sentiments républicains de la part de la bourgeoisie. Raison de plus pour que l’ensemble du monde du travail et de sa jeunesse, qui ont la force et la masse pour peser sur les événements, se mobilisent aujourd’hui contre l’article 24 d’un projet de loi qui cristallise une colère qui le dépasse de beaucoup.

Nous avons en face de nous un ennemi de classe qui défend ses intérêts. Alors défendons les nôtres, défendons nos droits à vivre vraiment libres, c’est-à-dire débarrassés de l’exploitation qui nous enchaîne, du pouvoir des patrons qui nous étouffe. La bourgeoisie sent le besoin de serrer la vis pour éviter l’explosion sociale, mais aucune forme de coercition n’est une garantie contre la colère populaire. Au contraire, elle peut l’exciter encore, c’est peut-être ce à quoi on assiste.

Maurice Spirz et Erwan Piam

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article