Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2018 > mars > 26

À bas le délit de solidarité

26 mars 2018 Brève Politique

Samedi 10 mars, il est environ 21h lorsque Benoît Ducos porte secours à un homme, sa femme enceinte et leurs deux enfants, et les fait monter dans sa voiture, direction l’hôpital. En chemin, il croise les douaniers. L’aident-ils ? Non. La petite famille est nigériane et vient de franchir la frontière franco-italienne. Alors pendant près d’une heure, alors que la mère se tord de douleur à cause des premières contractions, les flics bloquent la voiture… à 500 mètres de l’hôpital. Puis ils tentent de refouler en Italie le père et ses enfants pendant que la mère accouche. C’est le personnel de l’hôpital qui les oblige à les amener auprès de la maman et de Daniel qui vient de naître.

Quant à Benoît Ducos, il risque jusqu’à 5 ans d’emprisonnement pour avoir porté assistance à une personne en danger. Peine théorique ? Sans doute. Mais les 3 mois de prison avec sursis récoltés en octobre dernier par Raphaël, 19 ans, qui avait fait monter 4 migrants africains dans sa voiture, sont eux bien réels. Et à vomir.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article