Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 105, avril-mai 2016

À Toulouse : Manifs, spectacle, dérision, convergences… et on refait le monde

À Toulouse, la manifestation du 31 mars a été particulièrement réussie, avec autant de participants qu’à Paris ! Les cortèges syndicaux étaient de loin les plus fournis, avec de nombreux salariés d’Airbus venus à l’appel de FO, qui avait posé un préavis pour… deux heures de grève : la manifestation n’avait pas encore réellement débuté que FO Airbus faisait rentrer les salariés dans les cars affrétés !

Les jeunes déguisés mettent l’ambiance

Des jeunes mobilisés, regroupés dans une « manif de droi-che », (de « patrons de droite solidaires du gouvernement de gauche »), ont mis de l’ambiance dans toutes les manifs : déguisés, ils chantaient : « le Smic on s’en fout, on ne veut pas payer du tout » ou le désormais classique « CAC 40, CAC 40 ouais ! ». Ils ont même confectionné des pin’s « Patrons Solidaires » avec le logo du Medef.

À la fac du Mirail, les assemblées générales ne désemplissent pas et réunissent toujours quelques centaines de personnes malgré la proximité des examens. Dans ces Assemblées générales, certains étudiants ont décrit leur job, les heures supplémentaires non payées, la pression de l’encadrement et le sexisme au travail.

45 mars : solitude patronale

Jeudi 45 mars selon le calendrier nuit deboutiste (jeudi 14 avril, donc), Toulouse débordait d’animation. Gattaz, le patron du Medef, venait faire une conférence sur... la solitude des patrons.

Pour que Gattaz se sente moins seul, 150 personnes sont venues, accueillies par une trentaine de gendarmes. Et, si tout le monde pleurait, des deux côtés de la barrière, ce n’était pas sur le sort de nos pauvres patrons du Medef mais, plus prosaïquement, à cause des sprays de gaz irritants, utilisés à mauvais escient par la maréchaussée… Mais qui n’ont pas empêché les manifestants de dire ce qu’ils pensaient à ces messieurs-dames du grand raout patronal. Les « patrons solidaires du gouvernement » étaient de la partie et chantaient « Les bénéfs pour le Medef ! L’évasion fiscale c’est normal ! » avant d’entonner leur « Interpatronale », sur l’air de l’Internationale. Les patrons auront-ils saisi l’ironie ? En tout cas, les gendarmes n’ont pu s’empêcher de sourire.

Nuit Debout/Hôpitaux Debout/Éducation Debout….

La journée s’est terminée par une soirée Nuit Debout place du Capitole comme depuis deux semaines. Une soirée spéciale convergence des luttes avec des ateliers Hôpitaux Debout, Éducation Debout, étudiants, lycéens, intermittents et précaires et bien d’autres... Les travailleurs sociaux ont raconté comment ils ont envahi le Conseil départemental deux jours plus tôt pour protester contre la suppression des aides pour les jeunes migrants, tandis que les étudiants et lycéens ont parlé de l’accueil chaleureux qui leur est fait lors des collectes de soutien.

Bref, on refait le monde debout la nuit en attendant de le refaire pour de vrai, de nuit comme de jour.

16 avril 2016, Correspondant

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article