Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2014 > novembre > 3

Vive « l’automne africain » !

3 novembre 2014 Brève

Arrivé en 1987 au pouvoir au Burkina Faso suite à un coup d’État, le protégé de l’Etat français Blaise Compaore comptait bien y rester cinq ans encore au moins en faisant changer la loi encore une fois pour refaire un mandat.

Mais la population burkinabe ne l’a pas laissé faire. Devant des manifestations déterminées, et malgré la répression, Compaore a dû quitter la place vendredi. Pour l’heure, c’est un militaire qui a repris le pouvoir. Mais dimanche, ils étaient des milliers de manifestants à Ouagadougou à refuser la « confiscation de la révolution ». Car les manifestants ne comptaient pas se contenter de remplacer un putschiste par un autre !

Les classes populaires du Burkina Faso ont marqué un premier point. Elles auraient tout à perdre à en rester là. Et comme en 2011 avec les révolutions arabes qui ont commencé par la Tunisie, leur mobilisation pourrait bien en inspirer d’autres.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article