Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2018 > mai > 14

Un manque de moyens criminel

14 mai 2018 Brève Politique

Le 29 décembre, Naomi Musenga est morte quelques heures après avoir appelé le SAMU. Dans l’enregistrement de l’appel, la jeune femme dit qu’elle va mourir, mais elle n’est transférée à l’hôpital que plusieurs heures plus tard.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, verse une larme de crocodile et dénonce une faute grave. Mais depuis des années, les gouvernements organisent le sous-effectif avec des journées de 12 heures pour les opérateurs du SAMU, de 2 000 à 3 000 appels par jour, et une pression pour ne pas transférer tous les appels aux médecins. Les urgences sont engorgées, alors il faut renvoyer le plus de monde possible vers la médecine de ville.

C’est l’austérité à l’hôpital le vrai responsable.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article