Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > août > 16

Suède : un tortionnaire iranien en procès

16 août 2021 Brève Monde

Le procès de Hamid Noury, arrêté en Suède en 2019, s’est ouvert à Stockholm. Il va permettre de juger des crimes commis par le régime iranien à la fin des années 1980. Hamid Noury était membre d’une des « commissions de la mort » dans la prison de Gohardasht (actuellement Rajai Shahr, au nord de Téhéran) lorsque plusieurs centaines de prisonniers, dont des journalistes, ont été exécutés en 1988. Ces organes, créés en vertu d’une fatwa (édit religieux) de l’ayatollah Khomeiny, avaient pour mission d’interroger et d’envoyer à la mort des milliers de prisonniers politiques, déjà jugés et condamnés à la prison par les tribunaux révolutionnaires. À Téhéran, après des interrogatoires ne durant parfois que quelques minutes, ceux qui refusaient de renoncer à leurs convictions avaient ainsi été liquidés sur ordre de ces commissions dont le membre le plus influent n’était autre qu’Ebrahim Raïssi, devenu, depuis son élection en juin 2021, le nouveau président de la République islamique iranienne. L’association Reporters sans frontières (RSF), qui a contribué à l’enquête sur Noury en recueillant les témoignages de proches de journalistes exécutés à l’époque, espère que d’autres tortionnaires iraniens finiront par être traduits en justice.

Rappelons qu’au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF, l’Iran se situe à la 174e place sur 180 pays.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article