Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Rosa la Rouge de Kate Evans

Éditions Amsterdam, 2017 (2015), 20 euros

2 mars 2021 Article Culture

Rosa La Rouge est une BD retraçant la vie de Rosa Luxemburg de sa naissance en 1871 dans la ville de Zamość – ville de Pologne, qui faisait alors partie de l’empire tsariste – jusqu’à son assassinat à Berlin le 15 janvier 1919.

L’autrice – spécialiste de romans graphiques sur des sujets aussi divers que les questions écologiques, les enjeux de la maternité ou la défense des migrants – précise d’entrée de jeu que son ouvrage est une fiction écrite à partir d’événements historiques. Elle s’appuie néanmoins sur des articles, brochures ou livres écrits par Rosa Luxemburg ou sur elle, ainsi que sur les lettres échangées avec ses divers camarades. On appréciera les nombreuses notes de lecture disponibles en annexes qui précisent le contexte historique, même si certaines notes relèvent davantage d’une appréciation personnelle que de faits.

La vision romancée mais dynamique de la vie passionnante et passionnée de Rosa Luxembourg ne néglige pas le contexte politique et social et permet de comprendre le développement d’analyses sur l’économie politique, les syndicats ou encore la guerre.

Si l’on ne devait retenir qu’un seul passage de la lecture, il pourrait s’agir de celui où Rosa explique à ses frères, de façon très pédagogique, l’économie marxiste à l’aide de cuillères, de pain et de sel, et qui rappelle les excellentes métaphores de son Introduction à l’Économie politique.

Evans aborde sous l’angle féministe les enjeux que sont pour une femme – militante politique de surcroît – dans la société de cette fin du XIXe siècle la libération des corps du corset, le choix de la non-maternité, la prise de parole au sein du SPD etc. On peut néanmoins regretter que l’accent soit particulièrement mis sur « le vieux trope de la passion amoureuse », pour citer l’autrice, qui tend à mettre sur le même plan la vie sentimentale et politique de Luxemburg.

Sarah Thomas

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article