Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2016 > mai > 2

Plus d’un siècle en arrière

2 mai 2016 Brève Société

Depuis respectivement 1898 et 1919, tous les travailleurs ont le droit de se voir reconnaître et indemniser les accidents du travail et les maladies professionnelles. Trop souvent au prix de longs combats et pour des indemnités dérisoires, mais jusque là le statut du travailleur concerné ne pouvait pas être invoqué pour refuser cette reconnaissance, y compris dans le cas du travail « au noir ».

La réforme de la protection maladie, qui entre en vigueur, revient plus d’un siècle en arrière en excluant une partie d’entre nous de cette reconnaissance : les travailleurs sans papiers. Ils sont d’ailleurs nombreux à travailler dans la construction, le secteur où les accidents sont les plus fréquents. Une mesure catastrophique puisqu’elle va inciter les patrons à exposer ces travailleurs au danger, potentiellement mortel. Et finalement, c’est la sécurité de tous les travailleurs qui en pâtira.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article