Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > janvier > 22

Paris : les sans-papiers victimes des vautours

22 janvier 2022 Brève Société

Trois dirigeants de l’association Vies de Paris comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir monté un système d’extorsion et d’exploitation de dizaines d’étrangers sans titre de séjour. Ils sont accusés de travail dissimulé, d’emploi de personnes sans-papiers, mais également de traite d’êtres humains. Cette association a fonctionné dans la capitale de 2011 à 2021 comme organisme de domiciliation, mais aussi de formation et d’accompagnement juridique de ces étrangers. Dans les faits, elle exploitait les plus vulnérables qui étaient l’objet d’injures, de violences, voire d’agressions sexuelles. De plus les responsables s’enrichissaient sur le dos des malheureux qui étaient obligés d’acquitter au prix fort les prestations qu’on leur proposait, voire de travailler gratuitement pour payer des dettes créées artificiellement. L’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI) a estimé à au moins un demi-million d’euros par an les revenus tirés de ce système d’exploitation par les responsables de l’association. Mais si ces derniers sont des salopards, il n’empêche que le système négrier qu’ils avaient mis sur pied se nourrissait d’une législation criminelle qui crée des dizaines de milliers de sans-papiers, souvent désemparés et désespérés, qui sont des proies faciles pour des prédateurs sans scrupules.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article