Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > août > 21

Nantes : blocage d’Amazon par les chauffeurs livreurs de Fast Despatch Logistic

21 août 2022 Brève Entreprises

Depuis quatre jours, les salariés du sous-traitant d’Amazon Fast Despatch se relaient jour et nuit sur le barrage filtrant qu’ils ont mis en place devant le site du géant américain du e-commerce à Carquefou, près de Nantes. Depuis juillet, 80 livreurs de la région nantaise et au total 1700 salariés en France n’ont pas reçu leurs salaires. Depuis le mois de mars déjà, les primes et les heures supplémentaires ont commencé à être sucrées jusqu’à ce que les travailleurs reçoivent récemment une note interne les notifiant de la cessation d’activité de l’entreprise, accompagnée d’un « retard » de paiement. Le prestataire, qui a pour unique client Amazon, s’est fait la malle en Bulgarie et s’il a « oublié » de payer les salariés, il n’en a pas oublié pour autant… d’emporter la caisse avec lui.

Les 1700 salariés se retrouvent donc privés de salaire, mais pas d’emploi, du moins officiellement, car ils restent toujours liés par leur contrat de travail à leur patron, les laissant dans l’incertitude de l’avenir et l’impossibilité de pouvoir retrouver un autre emploi ou des indemnités. Si la fatigue des jours et des nuits passés à surveiller les entrées et sorties se fait sentir, les livreurs savent qu’il s’agit d’un bras de fer avec Amazon, quand bien même l’entreprise se défend de toute responsabilité, ayant mis un terme au contrat l’engageant avec son sous-traitant. Pour les salariés en lutte, c’est bien à Amazon d’assumer la responsabilité de la situation : « C’est eux les commanditaires, c’est pour eux qu’on a travaillé, on était là au début de la construction du site. » Aucune réponse ni visite de la direction, si ce n’est celle d’un manager de la boîte, frustré de ne pas pouvoir entrer, qui a tout simplement foncé sur le rassemblement percutant un des travailleurs heureusement sans le blesser gravement.

Les salariés restent déterminés, s’ils ont entamé une action judiciaire collective, notamment au tribunal de commerce pour le déclenchement d’un fonds de solidarité, ils savent qu’il s’agit bien d’une épreuve de force avec Amazon de l’ensemble des travailleurs de Fast Despatch Logistic. Le 17 août, leurs collègues en région parisienne ont bloqué le centre de tri d’Amazon, à Noisy-le-Grand ; le 18 août, c’était au tour des travailleurs de Strasbourg de se regrouper devant le site d’Amazon à la Meinau. C’est bien la voie à suivre pour tous les salariés de Fast Despatch.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article