Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Italie

Mourir en travaillant

3 octobre 2021 Article Monde

L’Italie bat le triste record des morts au travail en Europe. En seulement deux jours, les 28 et 29 septembre 2021, dix travailleurs ont perdu la vie à la suite d’accidents. Selon l’Institut national d’assurance contre les accidents du travail, 772 travailleurs sont morts sur leur lieu de travail au cours des huit premiers mois de cette année, soit plus de trois morts par jour en moyenne.

La presse parle d’une « tragédie sans fin », voire d’un « bulletin de guerre ». Si bien que le président du Conseil, Mario Draghi, a annoncé l’embauche de 2 800 inspecteurs du travail, dont 800 d’ici la fin de l’année, et « des peines plus sévères et immédiates » pour les entreprises qui ne respectent pas les règles de sécurité. Des formations seraient financées dans le cadre du Plan de relance européen (et non par les patrons).

Comme il fallait s’y attendre, les syndicats se sont déclarés satisfaits des annonces gouvernementales, même si la CGIL réclame un « permis à points » pour les entreprises. Celles-ci seraient ainsi menacées de fermeture temporaire en cas de perte des points. Il y aurait donc le droit de tuer, mais pas trop ?

Cela fait des années que la sécurité au travail a été décrétée « grande cause nationale ». De nombreuses villes ont érigé des monuments, et même baptisé des rues « via dei caduti sul lavoro » (« rue des morts au travail »).

Mais tant que les travailleurs n’imposeront pas eux-mêmes le respect de la sécurité, ils n’auront pas d’autre choix que de pleurer leurs morts.

Thierry Flamand

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article