Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > juillet > 4

Même en temps de paix, les bombes passent avant la santé

4 juillet 2021 Brève Politique

Le 3 juillet, des milliers de Polynésiens ont manifesté en prévision d’une visite de Macron à Tahiti pour que soient reconnues les conséquences des essais nucléaires sur la population civile. L’armée française, après avoir effectué 17 essais au Sahara algérien de 1960 à 1966, en a mené 193 en Polynésie, de 1966 à 1996, auxquels s’ajoutent 147 autres essais souterrains dans des atolls et lagons.

Ce n’est qu’en 2010 qu’une loi a reconnu les effets de ces essais sur la santé. Mais ce sont principalement des militaires participant à ces opérations qui ont été indemnisés jusqu’à présent. L’État français continue à essayer de nier ses responsabilités en prétendant que les conséquences sur la population civile seraient difficiles à évaluer.

Pour l’armée, l’élaboration d’armes de destruction massive passait avant la santé de la population locale et même de ses propres troupes.

Toute la lumière doit être faite sur ces crimes. 

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article