Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 126, mai 2019 > Gilets jaunes

Manifestation des Gilets jaunes à Strasbourg, samedi 27 avril

Allocution d’ouverture à la manifestation, place de l’Étoile, lue par quatre membres de la Coordination du Grand-Est

Is. (Strasbourg) :

« Bienvenue à toutes et à tous !

On voulait profiter de cette occasion où nous sommes nombreux à être réunis pour dire quelques mots en réponse à la conférence de presse de Macron.

Après avoir servi son grand bla-bla pendant trois mois, il nous en a resservi un autre jeudi dernier ressemblant fort à l’Acte II de sa campagne électorale ! Eh bien, on peut dire que nous avons de l’avance sur lui, nous, nous en sommes aujourd’hui à l’acte 24 !

Depuis cinq mois, dans la rue, sur les ronds-points, dans nos QGs, dans nos assemblées, nous faisons entendre nos revendications. Et la seule réponse de Macron : « Aujourd’hui l’ordre public doit revenir avant tout ! ». Autrement dit, circulez, y a rien à voir, et encore aujourd’hui, on nous quadrille le centre-ville pour nous interdire de manifester où nous le souhaitons. Mais nous sommes là, et la rue, elle est à qui ?

Depuis le 17 novembre, nous sommes dans la rue, pourquoi ? Parce que nous voulons vivre et non survivre.

Et Macron que nous propose-t-il ? RIEN ! Des miettes ! [les manifestants reprennent en cœur « Rien, des miettes ! »…]

Car c’est très clair, il garde son cap, satisfait de ce qu’il a fait depuis deux ans : et il va continuer ses réformes ! Rien sur les mesures d’urgence contre la misère. En résumé : Vous voulez gagner plus ? Alors il faudra travailler plus et plus longtemps. Vous voulez moins d’impôts ? Alors vous aurez moins de services publics ! …

Gi. (Colmar) :

« …Et les services publics, parlons-en , qu’est ce qui nous propose ? RIEN ! (repris par les manifestants]

Oui, rien sur la grande misère des hôpitaux publics, des maternités et des Ehpad, comme si le gouvernement n’avait pas remarqué, entre autres, la grève actuelle des urgences. Et la grève des enseignants contre les réformes Blanquer ne semble pas l’atteindre non plus, satisfait qu’il est de la casse organisée de l’Éducation ! …

Ben. (Colmar) :

« …Et sur l’emploi, qu’est ce qu’il nous propose ? RIEN [idem, en chœur !]

Là aussi, Macron est content, et les riches se frottent les mains. Il paraît que les embauches ont repris ! Vous les avez vues, vous ? Mais que fait-il des fermetures d’usines et des sites de production ou de sous-traitance automobile ? Des suppressions massives d’emplois dans la grande distribution, les papèteries industrielles, les associations frappées par les réformes ? Et les 120 000 suppressions de postes prévues dans la fonction publique ? …

Vi. (Schirmeck dans le Bas-Rhin) :

« …Et sur l’injustice sociale, qu’est-ce qu’il nous propose ? RIEN ! [idem…]

Là, il a joué à être touché… comme il dit, dans sa chair !

Quelle blague ! Cela ne l’empêche pas de maintenir la suppression de l’ISF et d’annoncer une politique résolue d’aide aux entreprises. On est bien loin de la suppression du CICE pour les grosses boîtes ! Et toujours rien de concret contre la fraude fiscale.

Et sur l’écologie ? Rien de précis là non plus, des clopinettes. [repris en chœur…]

Is. (Strasbourg) :

« …Et puis franchement, cela fait vraiment sourire quand il appelle à l’engagement collectif, à l’unité nationale derrière lui pour retrouver l’art d’être français  ! Notre mobilisation, celle de centaines de milliers de Gilets jaunes depuis le 17 novembre, celle-là, il fait mine de ne pas l’avoir vue ! Mais nous, nous allons continuer, et on ne lâchera rien !

Car ce que nous voulons est bien éloigné de ses préoccupations de politicien en campagne européenne. Et d’ailleurs, nous refusons son dégoulis de discours démagogique anti-migrants !

Nous, nous sommes solidaires, unis, nous voulons un autre monde pour toutes et tous. Nous n’y avons pas cru une seconde à son discours soi-disant décisif où on allait voir ce que l’on allait voir ! De l’enfumage, et la fumée se voit de loin !

Alors continuons, nous ne déposerons pas nos gilets jaunes avant d’avoir obtenu ce que nous voulons. Construisons les convergences, pour que d’autres continuent à se joindre à nous :

Le 1er mai avec tous les travailleurs, les chômeurs, les retraités qui ont les mêmes revendications que nous !

Les 4 et 5 mai au G7 de l’environnement à Metz avec tous ceux qui veulent arrêter la destruction systématique de notre planète !

Tous ensemble, tous unis contre, on est là et on lâchera rien ! [applaudissements unanimes, reprise des slogans…] » 

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article