Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Louloute, film d’Hubert Viel, avec Laure Calamy, Alice Henri et Bruno Clairefond

30 août 2021 Article Culture

Louise, dite Louloute, est une enseignante régulièrement prise d’un profond sommeil. Quand elle s’endort, ses souvenirs d’enfance remontent à la surface et reprennent vie dans une douce nostalgie où son passé va et vient avec le monde contemporain qui l’entoure. Son enfance, elle l’a passée dans une ferme de Normandie. Les chemises à carreaux de son père et le papier peint de la cuisine nous emmènent tout droit à la fin des années 1980. Dans son monde enfantin et féérique, Louloute nous fait vivre au rythme du Club Dorothée, des personnages qu’elle s’invente et d’un monde paysan rude, où il s’agit de se lever tôt pour traire les vaches.

La loi du marché vient bousculer la routine familiale. Le lait se vend de moins en moins cher alors qu’il faut investir dans de nouvelles machines et agrandir le troupeau pour rester compétitif. Pour Louloute, armée d’une mélancolie précoce, pas question de voir son monde détruit, son père broyé par les dettes et ses animaux vendus pour en faire de la viande hachée.

Les acteurs, petits et grands, sont tendrement hilarants. La mélancolie qui transpire du film provoque bien plus le rire que le spleen : une ambiance chaleureuse qui permet d’autant plus d’apprécier la critique qui est faite d’un monde agricole soumis à la loi des banques et des grandes entreprises agroalimentaire. Un monde qui broie les producteurs et entraîne les bêtes dans l’enfer d’une production intensive et industrielle. Le réalisateur, Hubert Viel, qui en est à son troisième long-métrage, se revendique d’un cinéma d’auteur poétique et politique. Avec Louloute, le pari est réussi.

Michel Marteron

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article