Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2020 > novembre > 2

Les réacs ont le vent en poupe… à l’université aussi

2 novembre 2020 Brève Politique

Une grosse centaine d’universitaires bien alignés, le petit doigt sur la couture du pantalon, derrière le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, cela ne manque pas de piquant. Ils dénoncent dans une tribune publiée dans Le Monde, certains de leurs collègues, qu’ils accusent (carrément !) de complicité intellectuelle avec les assassins islamistes. L’accusation est abjecte. Elle vise des chercheurs qui analysent dans leurs travaux les inégalités, les discriminations et les oppressions dont sont victimes en France les travailleurs, les immigrés et leurs descendants, les femmes.

Que des intellectuels proches du pouvoir se sentent investis d’une mission de chiens de garde, ce n’est malheureusement pas nouveau. Et cela n’augure rien de bon, entre bruits de bottes et police de la pensée : pour « défendre la liberté d’expression », ils voudraient faire taire les voix qui critiquent l’ordre établi.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article