Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > novembre > 14

Le raciste et les faux culs

14 novembre 2021 Brève Politique

Julien Odoul, le président du groupe Rassemblement national de la région Bourgogne-Franche-Comté et porte-parole national de ce parti, a été interrogé sur BFMTV sur la situation tragique des migrants coincés à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Il a soutenu à fond le pouvoir polonais en affirmant : « Il ne faut certainement pas accueillir ces migrants, dont beaucoup sont potentiellement dangereux. » Relancé par le journaliste qui lui demande : « Donc on les laisse mourir de froid derrière les barbelés ? » il répond : « Bien sûr que oui, bien sûr que oui. » Puis il tente de se rattraper : « non, on ne les laisse pas mourir de froid. On les laisse en dehors des frontières de l’Europe. » Ce qui, dans ce cas précis, revient à peu près au même. Ces propos ont soulevé un tollé chez nombre de politiciens, de la France insoumise à la République en marche en passant par Agir. Tollé quelque peu hypocrite. Car s’il est vrai que ces propos sont racistes et répugnants, ils ne font, en forçant le trait, que souligner un positionnement politique commun à nombre de formations de gauche, de droite et d’extrême droite : la fermeture des frontières de l’Union européenne aux migrants. On les laisse mourir non seulement de froid à la frontière biélorusse, mais aussi par noyade en Méditerranée, dans l’Atlantique, dans la Manche ou la Bidassoa, voire par assassinat ou esclavage dans les prisons libyennes ou par suicide dans les camps grecs. Et face à leur sort, le monde politique regarde généralement ailleurs et reste silencieux.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article