Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > octobre > 26

Le Crif contre Zemmour : trop peu, trop tard

26 octobre 2021 Brève Politique

Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a lancé un appel demandant que «  pas une voix juive ne doit aller au candidat potentiel Zemmour  ». Qu’est-ce qui a motivé la prise de position de Kalifat  ? Les attaques de Zemmour contre les musulmans, les Noirs ou les immigrés  ? Son éloge de Pétain et du régime de Vichy  ? Son objectif de renvoyer chez eux deux millions d’étrangers en cinq ans  ? Vous êtes à côté de la plaque. Ce qui a provoqué son courroux est que Zemmour ait critiqué le fait que trois enfants juifs assassinés à Toulouse en 2012 par Mohammed Merah aient été enterrés… en Israël et non en France. Ce que le très sioniste Kalifat a pris comme une critique implicite du sionisme et de l’État hébreu. Et d’affirmer que beaucoup de Juifs ont été choqués par de tels propos. C’est possible. Mais ce qui est sûr c’est que depuis des années le silence coupable, voire complice, des institutions officielles juives, et en premier lieu du Crif, sur le développement de l’islamophobie et des sentiments anti-arabes dans ce pays a contribué à jeter une partie notable de leur communauté dans les filets de l’extrême droite. Et Kalifat s’en inquiète un peu tard  !

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article