Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Éditos L’Étincelle > 2019 > août > 26

La tête en bas !

Le G7, ce « club informel » comme l’a dit Macron, est bien fermé. Biarritz l’était aussi ce week-end, placé en état de siège. Les grands de ce monde préfèrent rester entre eux pour traiter de ses affaires, en faisant l’inverse des intentions qu’ils affichent. Les manifestants l’ont rappelé en exhibant des portraits officiels de Macron la tête en bas.

Ils parlent « inégalités »…

Le G7, sommet des sept pays réputés être les plus riches – USA, Canada, Japon, Royaume-uni, Allemagne, France et Italie –, était placé sous le signe de la lutte contre les inégalités. Que les inégalités explosent, c’est l’évidence. Mais à qui la faute ? En France, alors que le mouvement des Gilets jaunes a mis en lumière les difficultés quotidiennes des milieux populaires, un nouveau record de dividendes versés aux actionnaires a été annoncé la semaine dernière, avec 51 milliards de dollars distribués au deuxième trimestre, en hausse par rapport au précédent record de l’an dernier.

… « paix dans le monde »…

La paix ? Mais qui sont les premiers fauteurs de guerre, sinon ces grandes puissances qui mènent des guerres pour le pétrole, en Irak ou en Afghanistan ? Ces vendeurs d’armes qui inondent la planète de leurs engins de mort ?

Macron a quitté un temps ses compères du G7 pour discuter avec un dignitaire du gouvernement iranien, sorte d’invité surprise à Biarritz ce dimanche. Pour se donner une image d’homme de dialogue, à l’opposé de l’intransigeance affichée par les États-Unis. Mais dans les faits, la France et l’Europe appliquent aujourd’hui les sanctions économiques drastiques décidées par Trump contre l’Iran, des mesures qui frappent en premier lieu la population, plongée dans la pauvreté.

… « défense de l’environnement ».

Il a aussi été question d’environnement, d’écologie, et des graves incendies en Amazonie. Pour Macron, apparaître plus « vert » que Bolsonaro, le président brésilien d’extrême droite, n’est certes pas difficile. Mais cela cache mal la réalité. Car ce sont les grandes compagnies industrielles des pays du G7 qui opèrent dans le monde entier et polluent le plus la planète. Si la maison brûle, c’est que « les membres du G7 sont des pyromanes », comme le disaient les manifestants du contre-sommet.

Assez de « blabla », assez de mensonges…

Un zeste d’écologie verbale, une pensée pour l’Afrique, un mot pour l’égalité hommes-femmes, et une posture sur la scène internationale… Quelques paroles mensongères et des arrestations préventives contre les manifestants : voilà pour le bilan de ce G7 de Biarritz.

La réalité des choses pourrait vite revenir sur le devant de la scène. Celle d’un gouvernement qui poursuit sa politique d’attaques contre les classes populaires. Avec sa réforme de l’assurance chômage, adoptée pendant l’été, qui durcit les conditions d’accès à l’indemnisation, et qui prévoit la réduction des versements. Et sous prétexte de simplification du système des retraites, le gouvernement a l’intention de réduire le montant des futures pensions (déjà bien abaissées par les réformes successives) pour nous amener à partir à la retraite plus tard, avec l’arnaque d’un « âge-pivot » de départ à 64 ans.

Mais la partie n’est pas jouée d’avance. Après des mois de mobilisation déterminée des Gilets jaunes, Macron et son gouvernement craignent surtout l’amplification de la contestation sociale. C’est bien cela qu’il faut préparer.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article