Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > octobre > 3

La prison, c’est la barbarie et l’école du crime

3 octobre 2021 Brève Société

La prison de Seysses, près de Toulouse, compte aujourd’hui 898 détenus pour 482 places. Au point que 200 détenus ne disposent pas de lits et dorment sur des matelas à même le sol. Ces conditions terribles de détention engendrent inévitablement une violence encore plus grande entre les prisonniers. Cette prison n’est évidemment pas la seule dans cette situation. C’est l’ensemble du système carcéral qui impose promiscuité, misère et souffrances à ceux qui ont le malheur d’y tomber. La solution n’est évidemment pas de construire toujours davantage de prisons, comme le revendiquent par exemple les syndicats corporatistes de la Pénitentiaire, mais de cesser d’enfermer toujours davantage de délinquants dont la très grande majorité ne présentent pas de danger. La politique d’enfermement systématique et d’allongement des peines relève avant tout de la démagogie. Pour faire reculer la délinquance, c’est la société qu’il faut changer en donnant du travail, des logements et des perspectives à ceux qui sombrent dans la marginalité. La prison est un outil de répression barbare qui disparaîtra avec les systèmes sociaux qui l’ont créée.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article