Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 99, mai-juin 2015

La mort de François Michelin

In memoriam

Point besoin de caricaturer nos prophètes. Ils se caricaturaient eux-mêmes.

François Michelin était de ceux-là.

Petit fils du fondateur de la firme de pneus, et patron de père en fils par le droit du sang, ce fervent catholique professait son incompréhension du Droit du travail, « d’inspiration marxiste, car reposant sur la lutte des classes ».

Charitable de conviction, il avait été profondément blessé dans son âme, en 1988, alors qu’il offrait à ses ouvriers l’aumône d’une rallonge de 20 centimes, de voir qu’ils prenaient ça pour une provocation.

« L’histoire retiendra certainement son implantation internationale mais aussi les plans sociaux qui se sont succédé à partir de 1982 » commente le journal Libération qui titre : « Partir, c’est mourir un pneu »

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article