Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2020 > mai > 11

La maison, ce n’est pas fait pour bosser !

11 mai 2020 Brève

En passant de 7 à 30 % des salariés, le télétravail vient de s’appliquer à 8,3 millions de salariés.

Une enquête menée par l’Ugict-CGT met à jour les conditions dans lesquelles s’effectue le télétravail pendant le confinement : un tiers des télétravailleuses et des télétravailleurs n’ont pas été dotés par leur employeur en équipement informatique, un quart n’ont pas d’endroit où s’isoler et un tiers doit télétravailler tout en gardant les enfants. Près d’un tiers des salariés en télétravail ont constaté une augmentation de la charge de travail. Un sondage réalisé à la demande du cabinet Empreintes humaines précise que 55 % des employés interrogés ne peuvent pas s’isoler toute la journée pour télétravailler. 60 % travaillent dans leur salon et un quart dans une pièce qui n’est pas conçue pour.

En cette sortie de confinement, le gouvernement préconise de maintenir le télétravail. Cela peut d’autant plus être présenté comme une « aspiration » des travailleurs concernés qu’il existe une inquiétude légitime relative aux conditions sanitaires d’une reprise du travail sur site.

Mais c’est bien le patronat qui voit d’un bon œil le développement d’un télétravail qui permet de faire exploser le temps de travail d’employés isolés chez eux. Comme aux beaux temps du travail à domicile au XIXe siècle. Après les « open-spaces », le confinement à vie ?

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article