Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2020 > mars > 19

La « guerre »... et les profiteurs de guerre !

19 mars 2020 Brève Politique

En temps de crise sanitaire, ce n’est pas la crise pour tout le monde. Amazon se porte très bien : l’augmentation de la commande en ligne liée aux mesures de confinement promet à l’entreprise du multimilliardaire Jeff Bezos de juteux profits. Et pour faire face au développement de son marché, elle annonce un plan de recrutement de 10 000 employés. Grand prince, elle a donc proposé aux salariés dont les entreprises ont fermé du fait des mesures sanitaires de venir grossir ses rangs : « Nous voulons que ces personnes sachent que nous les accueillons dans nos équipes jusqu’à ce que les choses redeviennent normales et que leur ancien employeur soit en mesure de les rappeler ».

Un emploi, mais dans quelles conditions ? Ce que le patron d’Amazon « offre », c’est de bosser dans des entrepôts où les mesures de distanciation sont impossibles à respecter, ou de livrer des colis toute la journée au mépris des règles de confinement.

A l’heure où la crise sanitaire menace la vie des travailleurs, profiter du chômage technique dans certains secteurs de la production pour s’engraisser sur le dos des exploités, c’est au mieux indécent, au pire criminel. Les salariés d’Amazon qui ont débrayé ces derniers jours parce qu’ils s’estimaient en danger l’ont compris. Un exemple à suivre !

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article