Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Salaires

La Poste : jamais mieux servi que par soi-même

26 janvier 2022 Article Entreprises

La Poste s’apprête à verser entre 600 et 700 millions d’euros à ses actionnaires (Caisse des dépôts et État) au titre des bénéfices 2021. Cela ne représente pas moins de 3 000 euros par postier : de quoi accorder à chacun un treizième mois, et même un quatorzième, qui manquent tant sur la paye ! Depuis plusieurs années déjà, le groupe La Poste voit son chiffre d’affaires et ses bénéfices augmenter, ces derniers devraient encore dépasser le milliard pour 2021. La baisse du courrier, rabâchée à chaque réorganisation et suppression d’emplois, fait place à l’explosion des colis et aux multiples nouvelles activités du groupe.

Pourtant, il a fallu la pression des syndicats, et surtout d’un gouvernement qui craint que la question des salaires ne lui revienne à la figure à la veille des élections présidentielles, pour que La Poste daigne revaloriser les premiers échelons des grilles salariales, afin de les amener au niveau du Smic (pourtant supposé être le minimum légal !). Environ 15 000 agents vont ainsi gagner jusqu’à… 13,6 euros de plus par mois.

La Poste augmente chaque année ses tarifs largement au-dessus de l’inflation (+ 14,6 % pour le timbre rouge et + 7,4 % pour le vert au 1er janvier 2022 !), mais rien pour les salaires : celui des fonctionnaires reste gelé depuis dix ans, et celui des contractuels augmente de quelques euros par an, sous le niveau de l’inflation officielle. Qui plus est, la plupart des primes ont été mises à zéro en 2021 au prétexte du Covid, alors que les postiers n’ont pas cessé de travailler durant les confinements, et ont même dû exiger eux-mêmes les mesures minimales de protection. Voilà la « récompense » des travailleurs de la deuxième ligne !

Entre le sous-effectif permanent, la charge de travail qui ne cesse d’augmenter et le salaire qui reste au plancher, les postiers ont bien des raisons d’être en colère et présents dans la rue le 27 janvier.

Correspondant

(Article du dossier Mobilisé-e-s pour les salaires de et les conditions de travail de l’Anticapitaliste no600)

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article