Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > septembre > 6

L’échec de la guerre contre le terrorisme

6 septembre 2021 Brève Monde

Vingt ans après les attentats de New York en 2001, les guerres dites « préventives » lancées par les puissances impérialistes, États-Unis en tête, au Moyen-Orient et au Sahel, loin d’avoir mis fin au terrorisme qu’elles prétendaient combattre, l’ont au contraire renforcé.

Les attentats du 11 septembre étaient déjà le résultat de l’interventionnisme va-t-en-guerre des USA qui, dans leur concurrence avec l’URSS, avaient soutenu, lors de l’intervention militaire de celle-ci en Afghanistan, les milices intégristes dont celles de ce Ben Laden, qui s’est ensuite retourné contre eux.

Chaque attentat meurtrier a été l’occasion pour les pays impérialistes d’adopter des lois sécuritaires de plus en plus liberticides, et le prétexte de nouvelles interventions militaires, dont le seul but est de défendre leurs intérêts.

En mettant le feu au Moyen-Orient, en Afghanistan, en Irak, puis au Sahel, ces guerres impérialistes ont fait des centaines de milliers de morts, créant le chaos et la misère, terrain fertile sur lequel ont prospéré l’État islamique, et bien d’autres groupes terroristes. Elles ont provoqué l’exode de millions de réfugiés vers les pays voisins et l’Europe, Europe dont les politiques anti-immigration sont venues accentuer la misère à ses frontières, dans les camps de réfugiés, et causer la mort de beaucoup de ceux qui, malgré le danger, tentaient et tentent toujours de traverser la Méditerranée.

Elle est là, la responsabilité directe des puissances impérialistes, et parmi elles la France, dans le développement du terrorisme. Tant que nos gouvernements continueront à mener ces « interventions » militaires dont les populations civiles sont les premières victimes, dans le but maintenir leur domination et leur pillage.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article