Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2015 > septembre > 21

Grèce : des élections qui ne règlent rien

21 septembre 2015 Brève

A « gauche » comme à droite, les représentants des partis se félicitent de la réélection de Tsipras en Grèce... Ce qui n’est pas forcément l’avis des nombreux abstentionnistes grecs.

La politique d’austérité imposée par les dirigeants européens et le FMI a réduit à la misère près de la moitié de la population qui vit désormais sous le seuil de pauvreté ! Tsipras avait été élu en janvier dernier pour y mettre un terme. Choix confirmé par la population par référendum en juillet dernier. Mais, une semaine plus tard, Tsipras a accepté et fait voter au Parlement les pires conditions d’austérité jamais imposées à un gouvernement européen.

Contesté par sa base, il a provoqué de nouvelles élections. Sa réélection signifie-t-elle pour autant que son électorat s’est résigné et a approuvé son reniement ?

Rien n’est moins sûr... Les 43,45 % d’abstentions montrent que les travailleurs et les jeunes, qui avaient créé dans les entreprises et dans la rue les conditions sur lesquelles s’était hissé Tsipras, se sont manifestement détournés de lui... et des élections. Mais rien ne dit qu’ils ont renoncé à lutter contre l’austérité !

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article