Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > février > 21

Face aux réflexes de l’exploitation : celui de la grève !

21 février 2022 Brève Entreprises

Vendredi dernier les salariés de la RATP en Île-de-France se sont mis en grève pour l’augmentation de leurs salaires. Dans le cadre des NAO la direction avait annoncé 2,7 % d’augmentation. Et encore cette annonce n’était que mensonge puisque ce maigre chiffre incluait les avancées de carrière et l’accord d’intéressement : l’augmentation réelle annoncée était de 0,4 %, bien loin de la hausse des prix et sans aucun rapport avec les résultats du groupe de la multinationale qu’est la RATP. D’où la grève massivement suivie de vendredi.

La colère des travailleurs de la RATP rejoint d’ailleurs celle des transports en commun lyonnais en grève la semaine passée, ainsi que d’autres secteurs pour l’augmentation des salaires. Comme dans le groupe BioMérieux, où la grève a démarré aussi à la suite d’augmentations ridicules annoncées par la direction, dans cette industrie pharmaceutique qui a empoché ces dernières années des centaines de millions d’euros de bénéfices.

La contagion est peut-être en train de prendre. Car ce n’est que par la grève qu’on pourra obtenir des augmentations de salaire réellement en rapport avec la hausse des prix, et arracher pour tous un salaire minimum décent. Aucun salaire, aucun revenu (indemnité chômage, retraite, pension) ne devrait être en dessous de 1 800 euros net.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article