Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > août > 15

En Italie aussi, le fond de l’air est brun

15 août 2022 Brève Monde

Après la dissolution du parlement, des élections législatives anticipées sont prévues en Italie. Avec près d’une voix sur deux, la coalition de droite est en tête dans les sondages. Dans cette union entre le vieux de la vieille Berlusconi (parti Forza Italia), le xénophobe Salvini (Ligue du Nord), et la plus jeune Giorgia Meloni – 45 ans, mais déjà 30 ans d’expérience politicienne derrière elle… –, c’est cette dernière qui est pressentie pour prendre la tête du trio. Pourtant son parti, Fratelli d’Italia, ne sent pas non plus la nouveauté. Il veut défendre les « racines et identités historiques et culturelles classiques et judéo-chrétiennes de l’Europe » et a conservé comme logo la flamme tricolore qui ornait déjà le Mouvement social italien (MSI), parti néofasciste dont est issu Fratelli d’Italia. Mais contrairement à ses alliés, Giorgia Meloni n’a pas encore été usée par l’exercice du pouvoir. C’est ce qui explique sans doute, bien plus que ses tentatives de « dédiabolisation », sa cote de popularité.

Pourtant, se tenant du côté des patrons, semant la division entre les travailleurs par ses arguments sur l’immigration et l’insécurité, elle n’a rien à offrir aux classes populaires italiennes. Mais en l’absence de réaction de la classe ouvrière et de perspectives de classe à même de dessiller les yeux de la population italienne, elle pourrait encore en dégrader les conditions de vie.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article