Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2019 > mars > 25

En France, le droit aussi est en intérim

25 mars 2019 Brève Entreprises

La prime « Gilets jaunes » promise par Macron, ce n’était déjà pas grand-chose. Et laissée au libre choix des patrons. Mais voilà que même là où elle est donnée, c’est la discrimination entre les salariés. En effet, pour obtenir plein droit sur la prime, il faut que le salarié ait été en contrat de travail au 31 décembre 2018. Comme de nombreuses entreprises ferment pour les fêtes, beaucoup d’intérimaires ne sont pas en contrat ce jour-là. À Renault par exemple, on prétend que 80 % des intérimaires ont reçu la prime, mais à PSA l’écrasante majorité des 8 600 intérimaires en poste en 2018 ne la toucheront pas sous prétexte de cette clause du 31 décembre.

Contre les patrons, les salariés intérimaires sont comme les autres : ils ne pourront compter que sur la lutte pour faire respecter leurs droits.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article