Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > juin > 27

Effondrements et incendies d’immeuble, le capitalisme est infernal

27 juin 2021 Brève Monde

Le 23 juin, un immeuble de 12 étages s’est effondré à Miami. Le bilan provisoire s’élève à 9 morts et 150 disparus. Une des causes possibles du drame est la construction d’un bâtiment mitoyen. Des fissures avaient été remarquées. L’enquête en cours apportera peut-être davantage d’éléments. Une chose est certaine : dans le pays le plus riche du monde, il n’est pas rare que des immeubles récents s’effondrent ou soient ravagés par des incendies. À Las Vegas par exemple, un incendie avait fait 6 morts en 2019 et, en 1980, l’incendie de l’hôtel Casino MGM avait coûté la vie à 80 personnes. Catastrophe qui avait inspiré le film La tour infernale.

Les États-Unis sont un pays où la réglementation de la construction et l’inspection de la sécurité des immeubles dépendent en partie des administrations locales. Ce qui renforce évidemment le laxisme car celles-ci sont inévitablement soumises à toutes sortes de pressions. Des États comme la Californie et la Floride ne sont pas non plus connus pour leur imperméabilité à la corruption. À Los Angeles, il a fallu de nombreuses catastrophes pour que des normes anti-sismiques deviennent obligatoires. Quand on sait que la famille Trump a fait fortune dans l’immobilier, on se doute de l’influence des promoteurs. Trump voulait d’ailleurs assouplir les règles urbanistiques. Aux États-Unis, même si les règles ont été un peu renforcées suite aux accidents, on construit souvent des « immeubles jetables » prévus pour durer 40 ans et être remplacés, ce qui fait tourner le bâtiment. Ce qui laisse perplexe quand on sait que des ponts construits par les Romains sont encore debout…

Un autre pays a connu une terrible catastrophe de cette catégorie : le Bangladesh. L’effondrement de l’immeuble-usine Rana Plaza, à Dacca, avait causé la mort de 1138 ouvrières et ouvriers du textile en avril 2013. La course aux profits tue donc dans le pays le plus riche du monde comme elle tue dans l’un des plus pauvres…

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article