Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

À la RATP, des élections qui reflètent un état d’esprit combatif !

9 décembre 2021 Article Entreprises

(Crédit photo : Photothèque Rouge / Martin Noda / Hans Lucas)

Les élections syndicales de la Régie ont eu lieu fin novembre selon de nouvelles modalités. En 2018, la mise en place des CSE avait déjà réduit presque de moitié le nombre d’élus. Insuffisant pour la direction, qui a trouvé quelques syndicats pour signer un avenant réduisant encore le nombre de délégués élus : on passe de 28 CSE à 13. Il ne reste plus que 291 élus, pour une entreprise de plus de 48 000 salariés, dont 55 pour le département RDS Centres bus (soit les bus, les trams et leur maintenance) qui regroupe à lui seul près de 18 000 salariés.

Cette politique des CSE, accompagnée depuis 2018 par les trois syndicats représentatifs (Unsa, CGT, CFE-CGC) accélère la professionnalisation des appareils, leur bureaucratisation dans le cadre d’un prétendu « dialogue social » au service de la politique patronale [1].

Le message envoyé par les directions des appareils syndicaux à la RATP est clair : ils accepteront la comédie des négociations pendant la mandature de quatre ans à venir, particulièrement importante puisque les mois à venir verront les premiers pas de l’ouverture à la concurrence et du démantèlement du réseau de bus de la petite couronne parisienne.

Mais les résultats des élections livrent un tout autre tableau de l’état d’esprit des salariés eux-mêmes. La participation a largement augmenté par rapport à 2018, pour retrouver les niveaux précédents, environ 60 % de votants. La CGT gagne plus de 2 000 voix et redevient première organisation syndicale à la Régie. L’Unsa, qui s’est positionnée en championne du « dialogue social responsable » et pro-patronal recule en pourcentage et en nombre de voix. FO fait une percée, surtout due au fait qu’elle a aggloméré différents « petits » syndicats localistes et souvent corporatistes (Rassemblement syndical dans les dépôts de bus de la banlieue Nord, Sud RATP qui n’a rien à voir avec la fédération Solidaires, ou l’Unsa métro).

C’est le résultat de la lutte contre la réforme des retraites qui a permis à de nombreux salariés de mener la bagarre, de se mettre en grève et d’organiser celle-ci. C’est aussi une mise en garde en ce qui concerne l’ouverture à la concurrence.

Ces résultats indiquent un état d’esprit combattif d’une fraction croissante des salariés. La grève contre le projet de retraite à points, victorieuse, a laissé des traces ! La semaine passée, les agents ont encore reçu une note interne : dans le cadre des appels d’offres à venir, ceux qui refuseraient leur transfert seraient automatiquement licenciés ! Une pression inacceptable pour faire baisser conditions de travail et rémunération. Des raisons d’être en colère et de le montrer, il y en a !

Cette offensive patronale ne se combattra pas dans le cadre étroit des CSE. Les agents de la RATP ont intérêt à tisser des liens sans attendre avec l’ensemble des salariés du transport actuellement en lutte : RatpDev dans le Loiret, TCL-Keolis à Lyon ou Transdev dans le 77 et le 91.

Marina Kuné

(Article paru dans l’Anticapitaliste no 594)


[1Lire sur le site de l’Anticapitaliste : https://lanticapitaliste.org/actual...

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article