Convergences révolutionnaires

Site de la fraction L’Étincelle

Accueil > Convergences Révolutionnaires > Numéro 90, novembre-décembre 2013 > Étudiants en travail social… en lutte pour leurs stages ! > Étudiants en travail social… en lutte pour leurs stages !

URL : https://www.convergencesrevolutionnaires.org/Etudiants-en-travail-social-en-lutte-pour-leurs-stages-2789

Étudiants en travail social… en lutte pour leurs stages !

samedi 16 novembre 2013

La formation en travail social dure trois ans. Des cours théoriques alternent avec des stages pratiques. Ces stages de terrain sont très importants pour les étudiants de deuxième et troisième années. Ils durent une bonne partie de l’année scolaire et conditionnent le passage en année supérieure comme l’obtention du diplôme de fin d’études. C’est chaque année « une course » pour trouver un stage.

Les terrains de stage sont des associations, les conseils généraux, les hôpitaux, etc.

Jusqu’à présent, les stagiaires qui n’ont ni bourse ni prise en charge par Pôle Emploi recevaient une gratification à hauteur de 50 % du SMIC, sauf dans les collectivités territoriales comme les conseils généraux et les hôpitaux.

Une loi, dite loi Fioraso du 22 juillet 2013, étend la gratification à tous les lieux de formation, pour des stages d’une durée supérieure à deux mois. Que les étudiants aient une rémunération est bien sûr la moindre des choses, et ce revenu devrait être d’ailleurs beaucoup plus élevé. Sauf que la nouvelle loi supposerait son financement…

Or les étudiants, alors qu’ils s’apprêtaient à partir en stage, ont vu des hôpitaux et des conseils généraux leur expliquer qu’en raison des sommes à débourser et des budgets d’austérité en place, ils ne seraient plus en mesure de les accueillir ! Et pas de stage, c’est le redoublement assuré !

La colère gronde dans les instituts de formation. Des mouvements ont eu lieu en Province et à Paris, où une manifestation a réuni 400 étudiants le 24 octobre. Une coordination des étudiants est prévue le 16 novembre 2013 à Rennes.

Au lendemain des manifestations, la ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, a lâché un peu de lest en diffusant le vendredi 25 un communiqué selon lequel « Les conventions de stages prévues pour l’année scolaire 2013-1014 peuvent être conclues sans obligation nouvelle de gratification ». Rien encore pour attribuer les moyens financiers permettant d’effectuer les stages. Les étudiants ne comptent pas en rester là. À suivre.

28 octobre 2013, Paul GALLER

Mots-clés Entreprises , Secteur social