Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Autres archives > Les articles dans « Lutte de Classe » > 2001 > novembre > 16

Quelques axes d’orientation

Texte de la Fraction au congrès de LO de 2001

16 novembre 2001 Politique

Contre la guerre impérialiste

L’hypocrisie du gouvernement français, de Jospin et de Chirac, a atteint de nouveaux sommets à propos de l’intervention impérialiste en Afghanistan. Aux USA, ils ont donné leur appui politique inconditionnel. C’est tout ce que Bush désirait, n’ayant eu de toute évidence jusqu’ici rien à faire d’une contribution plus concrète, à l’exception de l’autorisation de survol du territoire ou de l’aide des services de renseignement français, d’ailleurs accordées sans barguigner. A l’opinion française, ils ont jeté la promesse de vérifier le bien-fondé de toute demande des USA et de peser et justifier au préalable toute intervention militaire aux côtés des Américains. Voilà pour calmer l’inquiétude devant le risque d’être embarqués dans une nouvelle guerre qui pourrait avoir des effets en retour ici même, comme les attentats de New York et Washington l’ont spectaculairement rappelé.

Bien entendu, il n’a jamais fait aucun doute que les dirigeants politiques français répondraient présents, comme ils l’ont fait en Irak, puis plus récemment dans les Balkans, dès que les USA l’exigeraient. Mais en attendant, cela a permis de cultiver le sentiment que la France a peut-être des chances d’éviter de se souiller directement les mains dans la sale guerre contre un peuple afghan sur qui les malheurs s’accumulent, les destructions et les tueries des bombardements américains venant s’ajouter à celles de vingt ans de conflit contre les Russes d’abord, entre les seigneurs de guerre ensuite, puis du régime des Talibans. Ainsi, non pas neutre mais gardant sa liberté d’action, la France pourrait à la fois éviter d’éventuelles rétorsions terroristes et jouer son rôle de modératrice en faveur des droits et des intérêts du peuple afghan. Peu de monde est sans doute dupe. Mais la mobilisation contre la guerre, malgré une large réprobation des bombardements, a été très faible jusqu’ici.

Après les révélations venues de tous côtés sur les relations entre l’administration américaine, les Talibans et Ben Laden, il est maintenant inutile d’insister sur le fait que l’expédition militaire ne vise ni à imposer un régime un peu moins dictatorial et réactionnaire en Afghanistan ni même à éradiquer le terrorisme. L’intervention américaine a pour but de montrer à toute la planète, peuples, gouvernements et classes dirigeantes, qui est le maître. Après le camouflet subi aux yeux du monde entier lors des attentats du 11 septembre, il fallait rappeler que personne ne pouvait frapper les Etats-Unis, surtout chez eux, sans que certains le paient beaucoup plus cher, qu’ils soient coupables ou innocents, aux Amériques ou à l’autre bout du monde.

Le mieux que nous pouvons donc souhaiter dans l’intérêt des opprimés du monde entier serait une défaite de l’impérialisme. Certes vu la faiblesse, voire l’inexistence, des forces qui pourraient représenter les intérêts réels de ces opprimés, celle aussi du mouvement ouvrier international, pour ne rien dire du mouvement communiste révolutionnaire, un échec patent de l’impérialisme en Afghanistan aurait toutes les chances de profiter davantage à des forces réactionnaires, tout aussi ennemies des pauvres et des travailleurs, partis islamistes dans le monde musulman, dictature nationaliste ailleurs, droite et extrême droite dans les pays impérialistes. Pourtant un succès de l’impérialisme qui démontrerait aux yeux du monde entier que le gendarme de la planète peut faire la police et imposer sans conteste son autorité partout, y compris dans un pays qui depuis deux siècles ne s’est jamais soumis ni aux Russes ni aux Anglais, loin d’encourager les opprimés à relever la tête, aurait des conséquences encore plus néfastes que la survie du régime taliban ou de Ben Laden.

A défaut de pouvoir contribuer réellement à cet échec de l’impérialisme, ce qui semble plus que difficile vu leurs faibles forces, les révolutionnaires ici doivent au moins contribuer à éclairer le prolétariat et à lui donner conscience de l’enjeu de cette nouvelle entreprise guerrière. D’abord en renforçant le sentiment sinon le courant anti-guerre impérialiste, en menant l’agitation sous toutes les formes que leur permettent leurs moyens, de la diffusion d’une littérature anti-guerre à l’initiative de manifestations ou à la participation à celles-ci, et en y associant les minorités révoltées par les bombardements, en particulier dans la jeunesse. Mais surtout en refusant toute union sacrée et tout patriotisme qu’ouvertement ou par la bande, tous les partis politiques de droite comme de gauche cherchent à nous vendre, sous prétexte de faire face aux prétendus périls qui menaceraient le pays et aux prétendues conséquences du 11 septembre.

Plus que jamais, l’union sacrée ne peut avoir d’autre but et d’autre résultat que d’étouffer la lutte de classe. S’il en fallait une illustration, la feinte indignation patriotique du patronat l’a donnée à propos de la journée d’action appelée par les centrales syndicales le 16 octobre. Cette journée n’était pourtant pas même le commencement d’une réelle tentative de mobilisation ouvrière mais le traditionnel dérivatif symbolique destiné à leurrer ceux des militants qui aspirent à voir leur classe relever la tête et aboutissant trop souvent à les démoraliser un peu plus. C’est la mobilisation du monde du travail, sur ses objectifs de classe, le développement des luttes, ici comme aux Etats-Unis, qui pourrait porter des coups importants aux entreprises guerrières des impérialismes, français comme américain, sinon les arrêter. Plus que jamais il nous faut opposer la lutte de classe à l’union patriotique, et consacrer nos efforts à la développer.

Contre l’offensive capitaliste, les licenciements et le chômage

Les attaques des possédants contre les conditions de vie et de travail des salariés n’avaient évidemment pas cessé durant les années précédentes, pendant lesquelles on a assisté à une certaine reprise de l’économie. Elles se sont poursuivies depuis le début de l’année en même temps que la croissance ralentissait. Elles ont monté encore d’un cran depuis que la récession frappe les Etats-Unis, atteint l’Allemagne et menace la France. Et depuis six mois, c’est sous la forme d’une vague de licenciements et de réductions d’emplois, d’une hauteur rarement atteinte en si peu de temps, qu’a lieu l’offensive capitaliste pour l’augmentation des profits et celle de l’exploitation.

Cette vague de licenciements et la remontée du chômage depuis ce printemps ont aussi servi à étouffer, en tout cas momentanément, la montée des revendications salariales. Depuis l’année dernière, on pouvait en effet noter un renouveau des mouvements et des grèves pour les salaires. Les travailleurs semblaient accepter de plus en plus mal la stagnation, ou la diminution pour de nombreuses catégories, de leur pouvoir d’achat réel. Aujourd’hui, aux raisons ou aux justifications invoquées pour maintenir la pression patronale sur les salaires, réduction du temps de travail, expansion du travail à temps partiel, multiplication des emplois précaires, toutes choses qui n’avaient pour but que de permettre l’aggravation de l’exploitation et l’augmentation de l’intensité du travail, s’ajoute la menace des multiples plans dits sociaux, voire de la fermeture des entreprises.

Toutes les centrales syndicales ont pesé de tout leur poids pour canaliser et limiter dans le cadre de leur seule entreprise, voire de leur seul établissement, les réactions des travailleurs menacés, quand elles n’ont pas fait tout ce qu’elles pouvaient pour les entraver. De même le Parti Communiste, en donnant comme objectif, y compris à la manifestation nationale à laquelle il a appelé à Calais, une loi de modernisation sociale qui au mieux laisserait quelques marges supplémentaires aux dirigeants syndicalistes locaux pour négocier avec leur patron. La seule tentative de dépasser le cadre d’une réaction entreprise par entreprise, en posant la question de la nécessité d’une convergence des luttes contre les licenciements et en donnant à celles-ci le but général de l’interdiction de ces licenciements, a été celle initiée par et autour de travailleurs, essentiellement des syndicalistes, de LU-Danone Ris-Orangis. Nous avons eu là le résultat du travail d’implantation politique entrepris dans cette usine, qui ne compte que quelques centaines de travailleurs, par quelques militants et sympathisants de Lutte Ouvrière depuis des années et aussi, depuis moins longtemps, de la Ligue Communiste Révolutionnaire. L’autre résultat de ce travail étant d’avoir emporté la conviction des militants syndicalistes de LU que pour le succès d’une mobilisation il convenait de mettre de côté les préjugés syndicalistes justement, et de faire appel tout autant aux organisations politiques ou associatives que syndicales.

Les LU-Danone avaient au départ quelques atouts, dont le fait d’avoir attiré l’attention en étant les premiers touchés dans la longue série actuelle des entreprises qui licencient. Mais, en l’absence d’une lame de fond venant de la base, ils ne pouvaient les faire fructifier que si une partie au moins des grandes organisations ouvrières, syndicats ou partis, relayaient leur volonté de défendre la perspective d’un mouvement d’ensemble. Cela n’a pas été le cas.

L’initiative s’est heurtée dès le début à l’hostilité de toutes les confédérations syndicales, ouverte pour la CFDT et FO, en sous-main pour la CGT. Toutes ont fait pression pour empêcher les travailleurs et les militants syndicalistes des autres entreprises, y compris celles concernées par les licenciements, d’y répondre ou encore pour dissocier les syndicalistes d’AOM-Air Liberté et Marks & Spencer qui s’y étaient joints au départ. Quant aux organisations politiques de gauche, elles n’olt répondu que pour tirer l’éventuelle manifestation qui s’annonçait en appui de leur politique et en définitive de celle du gouvernement.

Les Verts n’ont fait qu’acte de présence symbolique, proximité des élections obligeant. Le PC, tout en soutenant la proposition des LU-Danone d’organiser une manifestation nationale à Paris, qui ne faisait d’ailleurs que relayer un appel similaire de Robert Hue, entendait bien la faire servir à ses tractations avec le gouvernement sur la loi dite de modernisation sociale et donc en limiter l’importance et l’ampleur à ce qui était nécessaire à son objectif. Le choix de Calais pour sa manifestation précédente avait déjà montré cette volonté.

Lutte Ouvrière a certes pleinement participé, en mobilisant en nombre, à la manifestation du 9 juin. Pourtant, en commençant par refuser de relayer l’appel des LU dans les syndicats d’entreprise où nous sommes présents, en combattant même leur initiative pour lui opposer celle du Parti Communiste (ce que ne faisait même pas celui-ci), notre organisation n’a pas été à la hauteur du rôle qui aurait dû et pu être le sien. Réflexe sectaire, parce que les militants qui jouaient un rôle à Ris-Orangis étaient de la Fraction ou de la LCR ? Incompréhension sur ce que proposaient les LU, soupçonnés contre toutes évidences, toutes leurs déclarations et tous leurs gestes, de n’avoir d’autre but que de faire pièce au PC ? Méprise sur ce que voulait le Parti Communiste, en ne voyant pas que le souci de ce dernier était d’entraîner un peu plus la CGT qu’il n’avait réussi à le faire pour Calais et qu’il était pour cela prêt à appuyer une initiative venant d’entreprises immédiatement menacées, certes avec les mêmes limites que celles qu’il aurait mises à une initiative propre ? Mélange des trois ?

Quoi qu’il en soit, notre organisation est restée prisonnière du raisonnement consistant à dire qu’il fallait, dans l’intérêt même des travailleurs de LU-Danone, laisser l’initiative aux dirigeants du PCF, pour que le gros des militants ouvriers influencés par le Parti Communiste se mobilise et ne soit pas refroidi par des initiatives venant de militants identifiés comme d’extrême gauche. La majorité de l’organisation n’a tout simplement pas vu que le Parti Communiste, même si c’était pour des raisons qui lui étaient propres, souhaitait entraîner la CGT et était, dans une certaine mesure, bien content que l’initiative vienne d’ailleurs, de travailleurs menacés de licenciements, plutôt que de lui-même.

Mais il y a plus. L’enjeu de la manifestation ne se limitait pas au Parti Communiste. Le vote partagé, à la direction de la CGT, sur la question de la participation à la manifestation du 9 juin et le fait que plusieurs unions départementales, fédérations, syndicats, y aient finalement appelé, a montré que le pari de tenter d’entraîner la CGT n’était pas perdu d’avance.

Soit dit en passant, au moment où notre organisation envisage, à juste titre, la possibilité de faire un pas dans la direction de la construction du parti révolutionnaire à l’occasion des prochaines échéances électorales, un tel parti ne pourra se développer que s’il sait se saisir de toutes les occasions pour intervenir sur le terrain de la lutte de classe au niveau national.

En exagérant les craintes du PCF et de ceux de ses militants qu’il pouvait mobiliser le 9 juin, Lutte Ouvrière était à côté de la situation. Mais elle a surtout perdu l’occasion de contribuer, à son échelle évidemment, à faire pression sur lui et surtout sur la CGT dont la participation était indispensable pour que la manifestation prenne une tout autre ampleur.

En l’absence des confédérations, la manifestation, l’une des plus importantes manifestations ouvrières de l’année, a déjà constitué en elle-même un certain succès, un gage sur ce qui aurait été possible de faire. Mais pour réussir une manifestation à une autre échelle, telle qu’elle redonne aux travailleurs, et d’abord à ceux menacés de licenciement, moral et confiance dans les possibilités d’une lutte d’ensemble, il aurait sans doute fallu réunir d’autres conditions encore qu’une attitude plus juste de notre organisation : une réelle mobilisation par les grandes organisations ou une pression importante de la base. Cela n’a pas été le cas. Mais ce n’est pas parce qu’elle n’a pas atteint ses objectifs que la tentative était erronée.

Il est tout à fait contradictoire d’avancer le mot d’ordre d’interdiction des licenciements et de défendre la perspective d’une lutte d’ensemble à longueur d’année et de colonnes dans notre presse ou dans nos professions de foi électorales, tout en s’abstenant de saisir l’occasion de susciter ou d’être pleinement partie prenante d’une initiative qui tente d’avancer concrètement cet objectif et cette perspective. D’autres opportunités se présenteront forcément à l’avenir. Il est indispensable que notre organisation adopte alors une autre attitude et une autre politique que celles qu’elle a eues dans la préparation de la manifestation du 9 juin.

Pour des candidatures Lutte Ouvrière aux prochaines élections

La première partie de la nouvelle année va être dominée par les élections présidentielles puis législatives. Il est naturel que Lutte Ouvrière y participe et qu’elle présente Arlette Laguiller aux premières puis, puisqu’elle en a les forces, des candidats dans toutes les circonscriptions aux secondes, donnant ainsi aux électeurs qui auront voté pour elle aux présidentielles, surtout s’ils sont nombreux, l’opportunité de confirmer leur geste en faveur des révolutionnaires. L’enjeu n’est pas seulement de populariser le programme, le nom de l’organisation et celui de certains de ses militants. Il est aussi de vérifier son influence, tenter de la capitaliser, accroître son implantation et peut-être faire un saut quantitatif et qualitatif en matière d’organisation en trouvant et rassemblant un nombre significatif de nouveaux adhérents et militants. En conséquence, nous devons effectivement mobiliser notre organisation et mettre toutes ses forces dans cette bataille.

Il aurait cependant été aussi naturel, comme la Fraction l’a proposé, d’explorer réellement au préalable les possibilités d’aller à ces élections en accord avec la LCR. Celle-ci envisageait de lever l’obstacle principal qui avait justifié le refus de Lutte Ouvrière de faire des listes communes lors des dernières municipales et s’engageait à ne pas appeler à voter pour la gauche gouvernementale au deuxième tour. Elle proposait de se rallier à la candidature d’Arlette Laguiller aux présidentielles. Certes cela n’aurait peut-être pas suffi pour aplanir toutes les divergences qui pouvaient rendre tout de même impossible de se présenter en commun à ces prochaines élections. Mais le refus même d’explorer cette possibilité signifie que Lutte Ouvrière, alors qu’elle est en situation d’exercer une pression politique sur la LCR, comme les élections européennes l’avaient démontré, n’a pas et ne cherche pas à avoir une politique offensive vis-à-vis de la LCR ni à l’influencer ; qu’elle a renoncé, pour le moment du moins, à amener à ses côtés sur sa politique les autres courants trotskistes ou révolutionnaires ou qu’elle ne l’estime pas utile.

Se présenter concurremment est certainement justifié quand les axes développés sont trop différents ou opposés. A condition toutefois, alors qu’il a été possible de se présenter en commun avec un axe politique commun - d’ailleurs en fait celui de LO - à peine deux élections plus tôt, d’avoir vérifié d’abord que ce n’était plus le cas. Ce qu’en la circonstance notre organisation n’a pas fait.

Ces élections auront donc pour résultat de mesurer l’impact et l’influence, électorale, de chacun des groupes (surtout si, comme il en est question, le Parti des Travailleurs présente lui aussi un candidat aux présidentielles). En espérant que la multiplication de candidats d’extrême gauche ne diminue pas l’impact de nos résultats électoraux. Ce qui serait dommageable et pas seulement pour les résultats électoraux. Du nombre de votes recueillis d’abord par Arlette Laguiller mais aussi sans doute par les candidats de Lutte Ouvrière aux législatives dépend en effet que ces résultats soient ou non un encouragement aux luttes comme à rejoindre notre combat politique.

Pour une politique vis-a-vis de la LCR, du PCF et des syndicats

Il est normal que notre premier but soit de renforcer notre organisation. Pourtant il est peu probable que le processus de construction d’un grand parti communiste révolutionnaire, trotskiste, dans ce pays, soit réduit au développement de LO, même si nous espérons et militons pour que notre organisation en soit le noyau. Parallèlement, il y a la nécessité d’attirer tout ou partie des autres courants, groupes et militants réellement révolutionnaires, aujourd’hui à nos côtés dans l’action et demain dans les rangs de ce parti. Dans des élections on peut estimer secondaire ou tactique de s’allier ou pas, on peut même juger préférable que chaque groupe ait l’occasion de vérifier l’impact de sa politique et son audience du moment. Sur le terrain des luttes en revanche, notre intervention sera d’autant plus efficace que sera grande notre capacité à gagner l’appui et l’adhésion d’autres militants à une politique de lutte de classe. Et d’abord les plus proches de nous, ceux d’extrême gauche.

Le fait de nous présenter séparément aux prochaines élections ne doit donc pas nous empêcher de développer une politique vis-à-vis de l’extrême gauche, et en particulier de la Ligue Communiste Révolutionnaire. Même si celle-ci est parfois loin de se situer entièrement sur le terrain de la classe ouvrière et met aujourd’hui l’accent sur l’anti-mondialisation. Car, une fois les élections passées, les problèmes essentiels, ceux de l’intervention dans les luttes ou la construction d’un parti révolutionnaire, continueront à se poser et donc celui aussi de notre capacité à entraîner d’autres militants ou courants à nos côtés sur notre politique. Et cela, quel que soit le résultat, que LO ait recueilli un nombre de votes bien supérieur à celui du et des candidats de la LCR ou pas. Un succès de notre part nous donnerait d’autant plus de moyens de mener une telle politique, et la rendrait d’autant plus nécessaire.

Qu’au soir des présidentielles Arlette Laguiller ait dépassé Robert Hue ou non, il sera vital d’avoir une politique vis-à-vis du PCF. Celui-ci, en tant que parti ouvrier, va de plus en plus mal et perd régulièrement des militants et de l’influence. Il ne convient ni de le flatter hors de propos, ni de se lamenter sur son sort, ni de se contenter de lui donner Lutte Ouvrière et ses éventuelles réussites électorales en exemple. Mais il faut savoir proposer d’agir en commun pour des objectifs qui pourraient être ceux de tous les militants ouvriers, pour par exemple ce que nous avons naguère appelé le plan d’urgence, plus que jamais d’actualité. Ces dernières années, notre organisation aurait eu plusieurs occasions de faire de telles propositions. Ne serait-ce que lorsqu’elle fut sollicitée par la direction du PCF elle-même pour organiser des manifestations contre les projets de licenciements, à l’automne 1999 ou ce printemps encore. Nous n’avons pas su ou pas osé les saisir pour faire des contre-propositions. De même que nous n’avons pas su saisir l’occasion il y a quelques mois de l’émotion créée chez nombre de syndicalistes par la déferlante des plans sociaux pour tenter de proposer aux syndicats et en particulier la CGT, une politique conforme aux intérêts des travailleurs. Nous ne doutons pas que d’autres occasions surgiront, inévitablement. Cette fois il s’agira de les saisir. Mieux sans doute, de prendre nous-mêmes des initiatives.

16 novembre 2001

Lutte de Classe (mensuel - Lutte Ouvrière) - #62 - décembre 2001

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article