Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > octobre > 17

Pollution de l’air : les enfants pauvres en première ligne

17 octobre 2021 Brève Société

À l’occasion de la Journée nationale de la qualité de l’air, le Réseau action climat et Unicef France ont dénoncé les effets de la pauvreté sur la santé des plus jeunes, notamment ceux des milieux défavorisés. En effet, outre un moins bon état de santé et un moindre accès aux soins, les logements des habitants des quartiers populaires sont souvent plus vétustes, mal isolés, avec une aération inadéquate et une plus forte exposition au bruit et à la chaleur auxquelles se cumule souvent le manque d’espaces verts, de parcs et d’aires de jeu. Faute de ressources suffisantes, les populations pauvres «  peuvent plus difficilement se soustraire à ces conditions défavorables  », souligne encore le rapport. Et de constater que «  les enfants pauvres sont généralement plus vulnérables à la pollution de l’air parce qu’ils sont soumis au cours de leur vie à davantage d’expositions néfastes  ». L’OMS rappelle enfin qu’à l’échelle planétaire la pollution de l’air tue chaque année environ sept millions de personnes, dont plus de quatre millions en lien avec l’air ambiant dont au moins 600 000 enfants.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article