Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Grève à Roissy : 300 euros pour faire s’envoler nos salaires

4 juillet 2022 Article Entreprises

À Roissy, les salariés veulent 300 euros pour tous et comptent bien se battre pour les obtenir. Le 30 juin, ce sont les pompiers d’Aéroport de Paris qui ont ouvert le bal en se mettant en grève et en entraînant une annulation de 10 % des vols. Le lendemain, vendredi 1er juillet, 20 % des vols étaient annulés. Pour la première fois dans l’histoire de la plateforme, l’appel à la grève touchait une trentaine d’entreprises (sur les 800 que comptent Roissy). Une manifestation de plus de 400 salariés, dont nombreux sous-traitants, a déambulé dans le terminal 2 devant les voyageurs impactés par les annulations de vols et retards. Manière de leur expliquer les raisons de la grève qui perturbe le trafic. Cette manifestation a permis de réaffirmer haut et fort que c’est ensemble que les travailleurs de toutes les entreprises de la plateforme obtiendront satisfaction sur la demande d’augmentation de salaire et que les primes ne suffiront pas, c’est de 300 euros minimum dont nous avons tous besoins pour faire face à la situation.

Face à cela, le patronat de l’aéroport commence déjà à manœuvrer pour essayer de diviser les travailleurs entre entreprises, proposant des primes dans certaines où la grève était plus suivie. Mais la ficelle était trop grosse : les pompiers d’AdP ont refusé une prime mensuelle de 250 euros brut pour rester dans le mouvement avec les autres salariés.

Les salariés qui souhaitent préparer la suite ont prévu de se réunir pour poursuivre l’extension aux autres entreprises de l’aéroport. Si les patrons refusent pour l’instant de céder, le contexte est propice à la grève : avec les congés d’été, elle est plus visible et son impact est plus fort. Surtout, la pénurie de main-d’œuvre aéroportuaire améliore le rapport de force en faveur des salariés, comme dans bien d’autres secteurs. Après avoir licencié 4 000 salariés pendant la crise sanitaire, les patrons ne parviennent plus à embaucher alors que le trafic aérien reprend son niveau d’avant la pandémie. La faute aux salaires trop bas et aux conditions de travail difficiles, voire invivables en raison du manque de personnel : sous-effectif chronique, doubles vacations imposées, couacs au quotidien…

Évidemment, avec les départs en vacances, les dysfonctionnements se multiplient et entraînent des retards. Au lendemain de la grève, une vidéo prise par des bagagistes montrait l’impact du mouvement (90 % des bagagistes étaient en grève le 1er juillet) couplé au manque de maintenance : une trieuse est tombée en pannée, laissant des milliers de valises en rade à Roissy, alors que leurs propriétaires s’envolaient.

De nouveaux appels à la grève sont annoncés pour les jours à venir. Si les salaires ne décollent pas, les bagages et les voyageurs risquent de rester durablement au plancher !

Pierre Selim

(Article à paraître dans l’Anticapitaliste no 623)

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article

Réagir à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.